100 conducteurs sans permis interpellés chaque jour en Belgique: un gros risque par rapport à l'assurance

100 conducteurs sans permis interpellés chaque jour
100 conducteurs sans permis interpellés chaque jour - © Tous droits réservés

Le jour où nous rencontrons Sofia (nom d'emprunt), elle vient passer son permis et elle le réussit. Elle va désormais rouler dans les règles, mais pendant longtemps, ça n'a pas été le cas.

Elle a d'abord roulé sans permis pratique et théorique. Elle a ensuite passé son examen théorique, mais elle a continué de rouler en contournant les règles. "Pendant trois ans, j’ai roulé sans permis. C’était une habitude. Ça me stressait d’aller faire l’examen au début. Je me disais pourquoi je vais aller faire l’examen alors que je roule quand même. Pour la deuxième fois, mon théorique n’allait plus être valable et je ne voulais pas le repasser encore une fois, je me suis dit que j’allais passer le pratique", raconte Sofia. 

Qui sont ces conducteurs sans permis?

Ils sont nombreux à être dans le même cas que Sofia. "Il y a trois types de conducteurs sans permis. Ceux qui ne l'ont jamais passé, soit parce que trop cher ou trop compliqué. Ceux qui sont déchus du droit de conduire, mais qui malgré tout roulent. On estime qu’entre 5 à 10 % des personnes qui sont déchus du droit de conduire prennent quand même la voiture. Enfin, ceux qui pour des raisons médicales sont déclarés inaptes à la conduite et qui, peut-être parce qu’elles vont mieux, prennent le volant", explique Benoit Godart, porte-parole de Vias. 

Comment repérer ces conducteurs sans permis? 

34.000 infractions au permis de conduire ont été constatées en 2017. Mais ce chiffre serait bien en-dessous de la réalité. En effet, impossible de connaitre le nombre exact de personnes qui prennent le volant sans avoir le précieux sésame.

" Il existe une base de données des personnes qui ont le permis de conduire, mais elle n'est pas reliée aux véhicules, puisqu'on n'est pas obligés d'être propriétaire de celui-ci. On pourrait déjà imaginer une base de données reliées à la plaque du véhicule, ça aiderait déjà pas mal ", explique Dominique Neefs, premier agent au service des circulation de la zone de police de Montgomery à Bruxelles.

Sans permis, mais avec une assurance

Mais alors, comment font ces conducteurs sans permis pour rouler? Tout simplement parce qu'il n'est pas nécessaire d’avoir un permis de conduire pour bénéficier d'une assurance. "Pour acheter une assurance, il faut être le propriétaire, mais pas le conducteur de la voiture. On pense à une personne handicapée qui peut acheter un véhicule, mais demander à quelqu’un d’autre de conduire ce véhicule", indique Wauthier Robyns, porte-parole d’Assuralia.

En cas d'accident, la facture peut être salée pour le conducteur qui ne possède pas de permis valable. "Il est évident qu’il faut avoir le permis qui correspond au véhicule avec lequel on a provoqué un accident. Sinon la compagnie d’assurance, qui va d’abord indemniser la victime, va pouvoir se retourner contre le conducteur", rappelle Wauthier Robyns.

L'assurance peut réclamer jusqu'à 31.000 euros au conducteur. Elle peut décider de le faire en une fois ou étaler les paiements sur plusieurs années. Ce sera à l'assurance de décider en fonction de la solvabilité de l'assuré. 

Une chasse aux permis compliquée

C'est souvent au hasard des patrouilles de police que les agents de la police de la route rencontrent des conducteurs sans permis. Mais une chose est sûre, chaque semaine, ils tombent sur ce type d'automobilistes. 

"Pour la lutte contre les conducteurs sans permis, déjà, il faut beaucoup de chance. On peut éventuellement cibler une partie de la population entre 16 et 40 ans. On a déjà un peu plus de chance. Ce n’est pas une généralité non plus. Ce n’est pas marqué sur les personnes qu’elles roulent sans permis. Au petit bonheur la chance, on contrôle et on vérifie", constate Dominique Neefs, premier agent de police à la zone de police de la route de Montgomery. 

Les 50 ans du permis de conduire (JT 20/12/2018)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK