10 bonnes nouvelles qui ont éclairé 2020 (oui, oui il y en a eu !)

2020 aura été l’année des bonnes nouvelles. Si, si. Elles ont été mises à l’honneur comme jamais. Le cauchemar éveillé appelait un peu de douceur, de soleil, de lumière au bout du tunnel. Les comptes Instagram et les pages dédiées dans les journaux ont connu un réel succès.

Il n’empêche beaucoup d’entre elles ont été éclipsées par la crise sanitaire. Alors, en cette fin d’année, on vous en propose une sélection (purement subjective et hétéroclite), entièrement "covid free", c’est promis !

1. Tout n’est pas perdu pour les océans : ils sont résilients

C’est une étude internationale publiée dans la revue Nature qui le dit. Des scientifiques issus de 10 pays estiment qu’il est possible de régénérer la vie marine d’ici à 2050. Les habitats, les populations, et les écosystèmes marins peuvent se rétablir. Les efforts sont payants, soulignent les chercheurs.

"Nous ne sommes pas des rêveurs. L’action menée ces dernières années porte ses fruits. […] La littérature scientifique a des preuves de résilience des océans, mettons-les en avant" explique Jean-Pierre Gattuso, directeur de recherche au CNRS et coauteur de l’étude, sur la RTS.

A titre d’exemple, la proportion d’espèces marines menacées d’extinction est passée de 18% en 2000 à 11,4% en 2019. Les efforts à faire sont immenses, mais l’océan n’est pas encore irréversiblement perturbé.

11 images
Mais oui, il y a eu de bonnes nouvelles en 2020! En voici 10. © Tous droits réservés

2. Venise, en congé forcé, envisage des alternatives

30 millions de touristes par an. Et puis plus rien. Plus personne. Des rues désertes et des poissons qui reviennent batifoler dans la lagune. C’est l’une des images de cette année (et puisqu’on a promis, on ne rappellera pas pourquoi). Les hôteliers et gondoliers sont désespérés, mais pour les Vénitiens, c’est l’occasion de réfléchir à une ville moins “touristico dépendante”, et plus préservée, aussi. Tout reste à faire, et les sceptiques ne manquent pas, mais quelques voix se sont élevées.

Paola Mar, maire adjointe de la ville en charge du tourisme a déclaré, sur France Culture : “On voudrait limiter le nombre de personnes qui viennent seulement pour 4 ou 5 heures. On a l’occasion de tout recommencer de façon différente : on veut faire comprendre aux gens que visiter Venise lentement, c’est mieux.”

Dans Le Monde, Claudio Vernier, président de l’association Piazza San Marco, qui rassemble les commerces historiques de la place et de ses environs : "ici l’activité touristique était à 100%. Quand vous êtes dans une monoculture et que tout s’arrête d’un coup, vous vous rendez compte qu’il y a un vrai danger : celui de devenir un lieu mort, une sorte de Pompei moderne." Il prône pour une limitation des entrées quotidiennes sur le site de la ville, qui passerait par un système de réservation.

11 images
Oui, il y a eu de bonnes nouvelles en 2020! En voici 10 © Marco Di Lauro - Getty Images

3. Une avancée majeure, et concrète, dans la lutte contre le cancer

Venons-en tout de suite aux implications concrètes : Cédric Blanpain, professeur à l’ULB, a montré qu’un traitement utilisé pour lutter contre la leucémie (cancer du sang) pourrait être efficace contre d’autres types de cancer, notamment les tumeurs de la tête et du cou, et le cancer des poumons (le plus meurtrier). "Nous allons essayer de nouer un partenariat avec les personnes qui ont développé ces médicaments contre [la leucémie] et de réaliser des études précliniques chez des patients pour étudier l’activité de ces médicaments dans ces cancers", explique le Professeur Blanpain.

Comment le professeur en arrive à cette enthousiasmante conclusion ? Il a étudié un gène au nom peu flatteur : “FAT1”, soit “GRAS1” en français. Une mutation de ce gène est présente dans 30 à 40% des cancers “tête et cou”, poumons, cavité buccale, et peau. Avec son équipe, il a découvert que les mutations de FAT1 favorisent la formation de métastases, les caractéristiques invasives, et la résistance à certains traitements anticancéreux couramment employés. Et par ailleurs, ils ont découvert que les cancers qui présentent cette mutation sont particulièrement sensibles à d’autres médicaments, dont ceux utilisés pour traiter le cancer du sang. Tous les détails se trouvent dans l’étude récemment publiée dans la revue Nature.

11 images
Oui, il y a eu de bonnes nouvelles en 2020! En voici 10 © Jonathan Pow - Getty Images/Cultura RF

4. Les pères pourront rester plus longtemps au chevet de leur nouveau-né

C’était inscrit dans l’accord du gouvernement et le conseil des ministres l’a approuvé le 20 novembre : le congé de paternité (ou congé de naissance puisqu’il concerne aussi les coparents) passera de 10 à 15 jours le 1er janvier 2022. Ensuite, il sera de nouveau allongé, à 20 jours, début 2023. "C’est une mesure à la fois symbolique et très concrète pour l’égalité entre les femmes et les hommes", a souligné le ministre de l’Emploi Pierre-Yves Dermagne. La mesure s’appliquera aux travailleurs salariés, aux indépendants et aux fonctionnaires.

11 images
Oui, il y a eu de bonnes nouvelles en 2020! En voici 10 © Sally Anscombe - Getty Images

5. Marta vs Neymar 1-1 : égalité de salaire pour les footballeuses brésiliennes

" Les joueuses vont gagner autant que les joueurs, il n’y a plus de différence de genre, la Confédération brésilienne de football traite hommes et femmes de façon égalitaire ", a déclaré le président de la Confédération, Rogério Caboclo. C’est une annonce historique qu’a fait la Seleçao le 3 septembre dernier. Quand ils porteront le maillot jaune et vert, Marta, élue six fois meilleure joueuse du monde et Neymar, la star internationale, gagneront les mêmes montants. Dans son club d’Orlando, Marta gagne 100 fois moins que Neymar au PSG.

Le lendemain, l’Angleterre faisait la même annonce mais, dans le monde, peu de femmes sont payées par leur club au même niveau que les hommes. Les différences sont souvent abyssales. Les joueuses américaines, quadruples championnes du monde, se battent pour obtenir l’égalité salariale mais elles n’ont toujours pas remporté ce match.

11 images
Oui, il y a eu de bonnes nouvelles en 2020! En voici 10 © golero - Getty Images/iStockphoto

6. Une victoire pour les éléphants et les manchots

Sur terre, il y a aussi de bonnes nouvelles pour les animaux. Côté savane, le Kenya a annoncé avoir doublé sa population d’éléphants en 30 ans. Le pays compte près de 35.000 pachydermes, alors qu’ils étaient en voie d’extinction. La lutte contre le braconnage a donc porté ses fruits. Les peines encourues par les criminels peuvent aller jusqu’à 20 ans de prison pour l’exportation illégale de produits issus d’espèces menacées.

Côté banquise, une étude menée à partir d’images satellite a révélé l’existence de onze nouvelles colonies de manchots empereurs en Antarctique. Une découverte qui augmente de 20% le nombre de colonies de l’espèce répertoriées sur le continent.

11 images
Oui, il y a eu de bonnes nouvelles en 2020! En voici 10 © Diana Robinson Photography - Getty Images

7. Bruxelles-Barcelone, Paris-Varsovie : le retour du mythique Trans Europ Express

Pour le Brexit, on n’y est pas encore. Mais l’Europe a enfin bouclé son budget, et elle porte encore de beaux projets. L’Allemagne (qui occupe la présidence tournante de l’UE) propose de donner un nouveau souffle au Trans Europ Express, presque aussi mythique que l’Orient Express.

Rêvons avec le ministre des Transports allemands, Andreas Scheuer, revoyageons en sautant dans un train et dans le temps… De 1957 à 1990, le réseau TEE permettait de relier les grandes villes d’Europe en voiture de luxe : on n’y voyageait qu’en première classe.

Le TEE 2.0 se veut plus démocratique : l’objectif est d’offrir “une alternative à l’avion qui soit crédible et respectueuse de l’environnement.” Le gouvernement allemand envisage pour commencer quatre lignes transeuropéennes : Paris-Bruxelles-Cologne-Berlin-Varsovie, Berlin-Francfort-Lyon-Barcelone, Amsterdam-Bruxelles-Roissy-Lyon -Montpellier-Barcelone et Amsterdam-Cologne-Bâle-Milan-Rome.

Une partie du trajet se ferait à grande vitesse, et des travaux d’infrastructure devraient permettre de développer le réseau, en reliant par exemple Bruxelles à Stockholm en moins de 13 heures. Des trains de nuit sont aussi prévus.

11 images
Oui, il y a eu de bonnes nouvelles en 2020! En voici 10 © Marco Di Stefano / EyeEm - Getty Images/EyeEm

8. En Ecosse les tampons et les serviettes hygiéniques seront gratuits

Non, ce n’est pas une anecdote. L’Ecosse est le premier pays au monde à rendre les protections hygiéniques gratuites. Le 24 novembre, les députés écossais ont voté à l’unanimité une loi qui permet de lutter contre la précarité menstruelle.

Il appartiendra aux 32 communes du pays de décider des dispositions pratiques à mettre en place, mais ils doivent donner à "quiconque en a besoin" un accès "raisonnablement aisé" à différents types de produits hygiéniques et avec "une dignité raisonnable", précise la BBC. Cette loi est aussi une manière de lutter contre la stigmatisation et la honte qui sont encore liées aux règles.

11 images
Oui, il y a eu de bonnes nouvelles en 2020! En voici 10 © Masanyanka - Getty Images/iStockphoto

9. Au Chili, l’enterrement de la constitution de Pinochet

“Paliza, paliza” : la raclée, voilà le mot qui résonne dans les rues de Santiago. Lors du référendum du 25 octobre, les Chiliens se sont massivement (78%) prononcés en faveur d’une nouvelle constitution. Ils enterrent ainsi la constitution actuelle, héritée de la dictature d’Augusto Pinochet (1973-1990).

La constitution actuelle est empreinte de l’idéologie néolibérale défendue par Pinochet et ses “Chicago boys” formés aux Etats-Unis. Le texte défend la prépondérance du privé, même dans des domaines comme l’éducation, la santé ou les retraites. Il a été adopté en 1980, lors d’un référendum frauduleux, alors que la dictature torturait et tuait ses opposants.

La nouvelle constitution sera rédigée par une assemblée composée paritairement de citoyens et de citoyennes (et non de parlementaires). C’est l’aboutissement d’un large mouvement de contestation sociale entamé à l’automne 2019.

11 images
Oui, il y a eu de bonnes nouvelles en 2020! En voici 10 © Marcelo Hernandez - Getty Images

10. Kidnappé à 5 ans, un indonésien de 17 ans retrouve ses parents grâce à Street View

Ce sera notre conte de Noël. La belle histoire de l’année. A 5 ans, Ervan Wahyu Anjasworo vit à Sragen, sur l’île de Java. Il sort rendre un jeu vidéo qu’il a loué, et ne revient jamais : il se fait enlever par un artiste de rue qui le fait jouer dans ses spectacles. Pendant deux ans, il vit dans la rue. Il va d’abord à Surakarta, non loin de Sragen, et échoue finalement à Bogor, à 600 km de chez lui.

L’artiste finit par prendre peur à l’approche d’une patrouille de police et l’abandonne. Ervan est d’abord recueilli par une famille, puis il est pris en charge dans un centre, et fréquente une pension islamique. Aujourd’hui, Ervan a 17 ans. En septembre dernier, il traîne sur Google, alors qu’il suit une formation professionnelle. Il se souvient d’un marché traditionnel où l’emmenait sa grand-mère, mais ne sait plus dans quelle ville c’était. Il se souvient par contre de Surakarta. Il commence par là puis explore une par une les villes voisines, via Google Street View. Il finit par retrouver le marché, dans sa ville de Sragen.

Un travailleur social prévient alors ses homologues de Sragen, qui lui envoie finalement des photos, sur lesquelles il se reconnaît, ainsi que sa famille. Il se souvenait toujours du visage de ses parents, et de ses frères et sœurs. Aujourd’hui réunis, ils ont pu raconter leur incroyable histoire à la presse. Une histoire digne d’un film, d’ailleurs étrangement similaire, à Lion, comme le souligne le Courrier international.

11 images
Oui, il y a eu de bonnes nouvelles en 2020! En voici 10 © Wokephoto17 - Getty Images

 

 

 

Journal télévisé 26/10/2020

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK