Une namuroise de 13 ans déjà virtuose du violon

Pauline Van der Rest, virtuose du violon
Pauline Van der Rest, virtuose du violon - © Orchestre Philharmonique Royal de Liège

Pauline Van der Rest n’a que 13 ans et elle a déjà eu la chance de jouer avec l’Orchestre Philarmonique Royal de Liège. La jeune violoniste vient de remporter le Classic Academy 2018 décerné par le prestigieux orchestre liégeois. Le résultat d’un travail quotidien et intensif. "Il faut s’entraîner tous les jours, explique-t-elle. Minimum deux heures par jour et ça peut aller jusqu’à cinq ou six heures".

Pauline n’en est pas à sa première récompense. Elle pratique le violon depuis l’âge de 7 ans.  Elle doit donc concilier scolarité et musique depuis plusieurs années. Une tâche parfois compliquée pour l’adolescente. "C’est difficile parce que je n’ai pas assez de temps pour tout faire. Mais je me dis que c’est pour la bonne cause. La musique développe énormément le cerveau et la mémoire. Tout ce que je fais pour le violon, je ne dois pas le faire pour l’école", poursuit-elle.

Et là aussi, Pauline excelle. Mais elle tient à conserver une vie en dehors de sa passion. "J’aime beaucoup la danse, passer du temps avec mes amis, courir avec mon chien, … je fais même du shopping mais simplement moins que les autres".

 Une discipline exigeante pour toute la famille

Atteindre un tel niveau à un si jeune âge n’aurait pas été possible sans l’aide de sa famille. "Ça demande beaucoup de temps et de sacrifices financiers, explique sa maman Nathalie. Mais on le fait volontiers parce qu’on voit qu’elle est heureuse".

"Ma maman m’accompagne partout, s’amuse Pauline. Elle est un peu devenue mon chauffeur-taxi".

Grâce au prix Classic Academy 2018, Pauline pourra prochainement rejouer avec l’Orchestre Philarmonique de Liège. Un moment que la musicienne avait particulièrement apprécié. "L’Orchestre joue très bien. Les musiciens nous encouragent et font tout pour nous mettre à l’aise. J’ai vraiment hâte de rejouer avec eux", s’impatiente-t-elle. 

La jeune namuroise voit les choses en grand. Elle aimerait poursuivre sur le chemin de la musique mais envisage aussi des études universitaires. "J’ai un petit faible pour l’océanologie et la médecine. J’aimerais concilier ça avec le violon mais je pense que ça sera difficile…".

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK