Un tunnel pour protéger les trains d'un risque d'éboulement près de Namur

C’est un gros chantier qui s’achève sur la ligne ferroviaire entre Namur et Ottignies, à environ deux kilomètres de la sortie de la gare de Namur. Infrabel a construit un gigantesque caisson en béton pour protéger les trains d’un possible éboulement le long de la paroi rocheuse, dans la tranchée de Beau Vallon.

Plusieurs incidents sans gravité se sont produits à cet endroit au début des années 2000, mais une analyse géologique de la paroi a révélé un risque d’effondrement massif. "On s’est rendu compte que derrière la roche dure, il y a des cavités remplies de boue, explique Fabrice Cornet, responsable du génie civil chez Infrabel. Et cette boue est susceptible de pousser un jour sur cette roche dure et de la faire s’effondrer sur la voie ferrée".

Durée de vie de 100 ans

Pour protéger les voies, Infrabel a donc décidé de construire ce tunnel de 250 mètres de long. 13.500m³ de béton ont été nécessaires. A certains endroits, les murs ont une épaisseur d’un mètre. "C’est un ouvrage qui est parti pour 100 ans sans problème, avec assez peu de coûts d’entretien", poursuit Fabrice Cornet. 

La ligne 161 étant extrêmement fréquentée (160 trains par jour), il n’a pas été possible d’interrompre totalement la circulation pendant la durée des travaux. Les trains ont donc continué à rouler, sur une seule voie, en alternance. Certaines liaisons ont été remplacées par des bus.

Il aura fallu quinze mois pour mener ce chantier à bien. "Nous avons terminé de construire cette tranchée couverte, mais pour le moment, elle est située dans un trou, dans cette saignée créée dans la colline. Et le but, maintenant, c’est de reboucher le trou, de bien tasser tous les déblais contre la structure du tunnel pour reconstituer une colline homogène et compacte".

Dans quelques mois, une couche de deux mètres de terre recouvrira le tunnel, la faune et la flore pourront s’y développer. Ces travaux de remblaiement seront réalisés au printemps 2018 et n’auront pas d’impact sur la circulation des trains.

A l’intérieur du tunnel, il reste encore quelques finitions à réaliser, et pas des moindres: il s’agit principalement de la pose de la seconde voie et de l’installation de la signalisation et de l’éclairage. Tout sera terminé pour le 8 décembre prochain, date de la reprise complète du trafic ferroviaire à cet endroit. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK