Un "toit pour toi": un projet de cabanes en bois pour les plus précarisés

Pour réaliser ces cabanes, Guy Deltour a reçu le soutien d'entrepreneurs, notamment.
2 images
Pour réaliser ces cabanes, Guy Deltour a reçu le soutien d'entrepreneurs, notamment. - © RTBF

L’idée a été lancée par un artiste sculpteur de Ciergnon. Lorsqu’il ne sculpte pas la pierre pour en faire des fontaines, des camions ou encore des pyramides, Guy Deltour s’adonne à une autre passion: la construction de petits formats.

Après avoir été interpellé par la misère de certains SDF en plein hiver, l’artiste-sculpteur a imaginé un abri durable et pouvant accueillir une personne pour qu’elle puisse avoir un endroit où dormir sans devoir chaque nuit changer d’endroit.
L’idée des cabanes était lancée. Au départ, il s’agissait dans la tête de l’artiste, de réutiliser des matériaux récupérés à droite et à gauche. Et puis, après avoir parlé de son projet à un entrepreneur en ossature bois de la région d’Etalle, il a reçu des matériaux neufs et de toute première qualité. C’est ainsi que les deux premières cabanes sont construites avec des matériaux neufs.

Elles ont toutes deux une porte qui ferme à clé, une fenêtre, quatre murs et sont équipées d’un lit, d’une table et d’une chaise. On peut s’y tenir debout sans problème. En plus, l’entrepreneur d’Etalle, a donné un sérieux coup de main pour monter les deux premières cabanes. Mais quelques questions subsistent, lorsque l’aide du CPAS de Namur est sollicitée par exemple.

De l’aide pour aller plus loin

Guy Deltour n’est pas seul pour porter son projet, baptisé "Un toit pour toi". Il a reçu l’appui de l’ASBL La Spirale, un centre d’éducation permanente basé à Natoye et qui organise régulièrement des expositions d’artistes. Son président, Yves Waterman, a été séduit par l’idée et a intéressé d’autres artisans de l’ASBL pour lui prêter main forte. Et c’est ensemble qu’ils réfléchissent à la manière d’organiser la suite de ce projet novateur.

Car, s’ils sont concepteurs, ils précisent bien qu’il leur faudra l’aide d’éducateurs et assistants sociaux pour aller plus loin. Et là, le CPAS de Namur (qui se dit séduit par l’idée) pourrait jouer un rôle important. Tout comme les antennes du Relais social et du Relais santé.

Pour Philippe Defeyt, le président du CPAS de Namur, quelques pistes sont déjà envisagées. En ce qui concerne par exemple la question de l’urbanisme. Selon lui, si l’on place les cabanes dans des halls ou des hangars, la question de permis d’urbanisme serait vite réglée. Mais il y a encore d’autres points à régler, comme par exemple la question de la responsabilité si un incendie survenait dans la cabane ou la gestion des déchets produits par la personne hébergée.

Appel aux bonnes volontés

Le projet "Un toit pour toi" séduit et pourrait intéresser d’autres communes. Mais il pourrait aussi retenir l’attention d’entrepreneurs privés qui, en offrant des matériaux, des entrepôts ou pourquoi pas des dons en espèces afin de pouvoir augmenter le nombre de bénéficiaires de ces cabanes. L’appel est donc lancé et si d’aventure des bénévoles voulaient donner un coup de main pour la construction des futures cabanes, ils seraient eux-aussi les bienvenus.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK