Un rêve de gamin devenu réalité : l'avocat et promoteur namurois Thibault Bouvier propriétaire de l'abbaye de Marche-les-Dames

Le rêve de Thibault Bouvier deviendra réalité. Il va complètement rénover les 5.000 mètres carrés de l'abbaye de Marche-les-Dames pour les transformer en bureaux et salles de réception.
8 images
Le rêve de Thibault Bouvier deviendra réalité. Il va complètement rénover les 5.000 mètres carrés de l'abbaye de Marche-les-Dames pour les transformer en bureaux et salles de réception. - © Monika Wachter - RTBF

Thibaut Bouvier avait 11 ans quand il est venu pour la première fois à l'abbaye Notre Dame du Vivier à Marche-les-Dames. C'était dans le cadre d'une retraite pour sa deuxième communion avec les autres enfants du village. Il est tout de suite tombé sous son charme. "J'étais attiré, frappé, on va dire foudroyé. Mais ce n'est pas la foi qui m'est tombée dessus, pas du tout. C'est plutôt l'amour des pierres qui m'a interpellé. Et je n'ai cessé d'y penser." Fondée au 12e siècle, l'abbaye de Marche-le-Dames a toujours été occupée par des nonnes jusqu'en 2006.

Des salles de réception et des bureaux

Il y a deux mois, Thibault Bouvier et ses trois frères ont pu acheter le domaine de huit hectares. Ils vont rénover complètement les cinq mille mètres carrés de bâti, mais sans toucher à la structure qui est toujours en très bon état. Les cellules des nonnes vont être transformées en bureaux, les grandes pièces en salles de réception et de mariages. "Sur les cinq mille mètres carrés, deux tiers seront des bureaux dont la moitié sera occupée par nous pour y regrouper nos activités familiales. Le reste des bureaux sera donné en location à des personnes qui sont attirés comme nous par les lieux".

Dix millions d'euro

Thibault Bouvier estime le montant de l'achat et de la rénovation de l'abbaye et du parc à environ dix millions d'euros. Il faudra d'abord obtenir les permis très exigeants pour ce bâtiment classé. Mais cela permettra aussi de demander des subsides pouvant atteindre les 70 pour cent.

Les jardins avec des jeux d'eau

Les murs d'enceinte qui entourent tout le domaine seront restaurés et les jardins réaménagés sur base des plans d'origine. "Nous allons surtout recréer ce qui était d'ailleurs prévu au début, des jeux d'eau. Il y a plusieurs bassins. L'eau est en abondance. On va donc réhabiliter tout cela."

Ce sont des biens qui ne nous appartiennent pas

D'ici cinq ans et la fin estimée des travaux, le cloître sera également ouvert au public. Pour Thibault Bouvier, ces biens doivent rester accessible. "C'est toujours un peu la même formule qui revient. Mais je le pense réellement. Ce sont des biens qui ne nous appartiennent pas, qui nous dépassent. C'est-à-dire voilà une abbaye bientôt millénaire. Elle dépasse notre simple petite vie. Donc cela n'a pas de sens de la fermer, de la garder pour soi. Alors que c'est un cadeau que les générations antérieures nous ont fait". 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK