Des dizaines de personnes testées pour le Covid-19 ce lundi au drive-in de Namur

62 personnes ont été testées ce lundi au drive-in installé à Jambes. Des patients qui ne peuvent se rendre sur place qu'avec une attestation reçue par un médecin.
62 personnes ont été testées ce lundi au drive-in installé à Jambes. Des patients qui ne peuvent se rendre sur place qu'avec une attestation reçue par un médecin. - © Mathieu Baugniet

Ce lundi 4 mai a débuté le déconfinement. Un des piliers pour le réussir, ce sont les tests de dépistage du Covid-19. À Namur, un drive-in a été mis en place à Jambes (641 Chaussée de Liège). 62 personnes ont été testées. Elles recevront les résultats dans les 48 heures. 

Uniquement sur attestation médicale

"Nous avons très peur que des gens se présentent spontanément. Les tests peuvent aller très vite si c’est bien organisé, mais s’il faut commencer à faire le gendarme…" le docteur Dominique Henrion est en charge de la coordination covid pour les médecins namurois, il insiste sur l’importance de venir au drive-in uniquement avec une attestation médicale. "C’est très important que les gens comprennent que la porte d’entrée du drive-in, des tests, c’est leur médecin traitant. Ils doivent d’abord appeler leur médecin. Il pourra les orienter". Les tests ne seront effectués que sur les patients qui pourront présenter une attestation de leur médecin.

5 minutes par personne

"C’est vraiment un drive-in avec des barrières Nadar, de la rubalise et deux tonnelles. Dans la première tonnelle, les personnes présentent leur attestation. On remplit la fiche patient, ça prend 4 minutes. Et à la tonnelle suivante on effectue le test, ça prend entre quarante à cinquante secondes, et puis la personne continue son chemin. Elle repart sans avoir quitté sa voiture".

Mutualiser les efforts et les équipements de protection

Le système de drive-in permet aux médecins namurois de mutualiser les forces vives et les équipements de protection. Les médecins généralistes ont en charge les tests covid et reprennent dans le même temps, petit à petit, leurs consultations. "Le médecin qui ira faire les tests covid, il n’est pas disponible pendant ce temps-là pour ses patients donc c’est beaucoup d’organisation". Il y a également la question des équipements. "Pour les masques, on est bien fourni ici à Namur. Mais pour réaliser des tests coronavirus, il faut plus de protection comme des tabliers, des charlottes, et là, la disponibilité est plus restreinte".

Prêt pour le déconfinement ?

"Les médecins généralistes, nous répondons présents, nous sommes prêts. Par contre, l’organisation d’un point de vue logistique c’est lourd. On est dimanche, on doit encore recevoir des directives cette après-midi qu’on devra mettre en place d’ici lundi matin. Des équipements doivent encore être livrés, et des tests". Pour le docteur Dominique Henrion, d’un point de vue logistique, le déconfinement n’est pas prêt. "Idéalement, le déconfinement devrait débuter dans une semaine pour qu’on ait le temps de tout préparer. On parle ici du déconfinement, on n’est plus dans la crise du début, ça doit être préparé !".