Trains supplémentaires et temps de parcours réduits, la SNCB gâte les navetteurs namurois

La SNCB a notamment consulté les navetteurs, les communes et les TEC pour établir sa nouvelle offre de transport
2 images
La SNCB a notamment consulté les navetteurs, les communes et les TEC pour établir sa nouvelle offre de transport - © Hugues Van Peel - RTBF

Les habitants de la province de Namur découvriront bientôt la nouvelle offre de transport de la SNCB qui entre en vigueur le 10 décembre. Et ils ne seront sans doute pas déçus.

"Globalement, pour ceux qui vont à Namur ou qui en viennent, soit on passe du simple au double en ce qui concerne le nombre de trains, soit on gagne du temps de parcours de 8 à 10%, explique Dionys Daie, responsable du plan de transport à la SNCB. Donc, l’offre est considérablement améliorée".

Les nouveautés, ligne par ligne

La province de Namur compte 54 gares et points d’arrêt, répartis sur cinq axes ferroviaires organisés en étoile autour de Namur et deux axes excentrés. En détail, voici ce qui va changer.

  • Entre Charleroi et Namur, deux améliorations significatives. D’abord, il y aura désormais un train L (omnibus) toutes les demi-heures et non plus toutes les heures. Et le terminus de ces trains sera la gare de Jambes. Ensuite, les trains IC ne s’arrêteront plus à Châtelet, Auvelais et Jemeppe-sur-Sambre, ce qui permettra de gagner six minutes sur la dorsale wallonne entre Charleroi et Namur. La suppression de ces arrêts est compensée par le doublement de l’offre de trains L.
  • Entre Namur et Dinant, il y aura désormais deux trains par heure, alors qu’auparavant, il y en avait un ou deux selon le moment de la journée. Un de ces deux trains poursuivra jusqu’à Libramont, ce qui veut dire que les arrêts d’Anseremme, Gendron-Celles, Houyet, Beauraing, Gedinne et Graide seront désormais desservis toutes les heures, au lieu de toutes les deux heures.
  • Entre Namur et Ciney, l’achèvement de certains gros travaux sur l’infrastructure ferroviaire permettra de raccourcir quelque peu le temps de parcours. Le trajet s’effectuera désormais en 18 minutes, alors qu’il était encore de 24 minutes en juin dernier. De Ciney à Bruxelles (gare de Bruxelles-Luxembourg), il faudra désormais compter 69 minutes au lieu de 75.
  • Entre Namur et Liège, les temps de parcours sont également améliorés: 45 minutes entre les deux villes au lieu de 49 pour la liaison la plus rapide actuellement.
  • Entre Namur et Bruxelles, les travaux dans la tranchée de Beau Vallon s’achèveront le 8 décembre, ce qui veut dire que les deux voies seront à nouveau utilisables. On regagnera donc les quelques minutes perdues à cause du chantier et les navetteurs retrouveront le nombre de trains qui circulaient avant le début des travaux.
  • Entre Couvin et Charleroi, la liaison IC qui ne faisait pas de halte à Yves-Gomezée et Ham-sur-Heure deviendra un train L. Ces deux arrêts seront donc desservis toutes les heures à l’avenir.

Pour établir ces nouveaux horaires, la SNCB a d’abord voulu cibler les besoins. Pendant plus de deux ans, elle a réalisé un travail de fond, à la rencontre des responsables politiques locaux (bourgmestres et échevins de la mobilité), des TEC et des associations représentatives des navetteurs. Elle a aussi tenu compte des critiques et remarques formulées par ses usagers. "Sur base de toutes ces informations, on a fait une étude pour voir quelles étaient les priorités, poursuit Dionys Daie. C’est la première fois que la SNCB part des demandes pour réaliser un plan, d’habitude on réalise le plan et on essaie ensuite de s’adapter aux demandes".

Encore des investissements

De passage à Namur pour la présentation de cette nouvelle offre de transport, le ministre fédéral de la Mobilité, François Bellot, a par ailleurs confirmé une série d’investissements pour la province de Namur entre 2017 et 2021: la construction d’un parking à étages de 200 places et d’une nouvelle gare à Ciney, avec réaménagement des quais pour accueillir des trains plus longs (fin des travaux en 2021), la construction d’une nouvelle passerelle avec ascenseur et la suppression d’un passage à niveau à Dinant, la construction de traverses sous voies à Yvoir et Walcourt, 10 millions d’euros de plus pour terminer les travaux à la gare de Namur et 3,3 millions pour la gare de Gembloux.

Par ailleurs, l’accès aux PMR sera nettement amélioré dans toutes les gares des lignes 161 et 162. Des monte-escaliers automatiques seront installés en de nombreux endroits.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK