Téléphérique sur la Citadelle de Namur: le promoteur a rentré sa nouvelle offre, in extremis

Le nouveau projet de téléphérique est arrivé à l'administration communale. Les services vont à présent analyser l'offre.
Le nouveau projet de téléphérique est arrivé à l'administration communale. Les services vont à présent analyser l'offre. - © Ville de Namur

Le consortium d'entreprises, qui avait été le seul à réagir à l'appel de la Ville en 2015, a remis une offre "améliorée". Il était temps…

On se rappelle qu’à la mi-avril, lassé de voir le dossier faire du surplace, le bourgmestre en titre avait déclaré : "Sans nouvelle proposition concrète du consortium avant fin mai, le collège relancerait un appel d'offres." Or, fin mai, c'était hier, et le promoteur a rentré son devoir dans les temps.

Pour la majorité, il est temps parce que cela fait plusieurs mois que les choses trainent. Plusieurs fois, Maxime Prévot avait promis des avancées significatives. Et plusieurs fois il a dû se raviser en ne voyant pas le promoteur revenir vers lui avec un projet ficelé.

Aujourd'hui, cela fait donc partie du passé. Le nouveau projet est arrivé à l'administration communale. Les services vont à présent analyser l'offre, voir si elle correspond bien aux exigences de la Ville. Si c'est le cas, le projet pourrait alors s'accélérer.

Quelles sont les exigences de la Ville?

Il y avait des prescriptions techniques, comme le tracé qui part de la place Maurice Servais pour arriver sur l'Esplanade. Et puis aussi, l'aspect financier, qui apparemment coinçait jusqu'ici...

La Ville l'a dit et répété : elle est prête à dépenser 600 000 euros par an pour faire fonctionner le téléphérique. Pas un euro de plus. L'exploitant devait donc trouver un moyen de rendre son projet rentable.

Apparemment, aujourd'hui, c'est le cas. Mais on ne connait pas encore les détails de son nouveau projet.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK