Grogne des routiers contre la taxe kilométrique: le gouvernement wallon reste inflexible

Les représentants se sont engagés à demander la levée des barrages dès cet après-midi.
Les représentants se sont engagés à demander la levée des barrages dès cet après-midi. - © ANTHONY DEHEZ - BELGA

Les camionneurs continuent de manifester leur colère contre la taxe kilométrique entrée en vigueur depuis le 1er avril. De nouveaux barrages ont été installés sur plusieurs grands axes en Wallonie.

Les chauffeurs ont rencontré le ministre Lacroix

Ce lundi, en milieu de matinée, une réunion s’est tenue au cabinet du ministre wallon du Budget Christophe Lacroix (PS). En face de lui : quatre représentants auto-institués. La réunion s’est achevée vers 13 heures. Il en ressort que les transporteurs présents vont transmettre à leurs collègues mobilisés depuis l’aube une annonce visant à lever tous les barrages actuellement en place.

Ils se réservent, ajoutent-ils, pour une action plus concertée, éventuellement plus ferme, le 14 avril. A cette date, le gouvernement devra en effet avoir pris attitude sur les revendications qu’ils ont exprimées.

Ces revendications, quelles sont-elles ? Il est toujours question du montant de la redevance, mais là, le ministre semble inflexible. Il est aussi question de la suppression éventuelle de certains tronçons de nationales qui seraient ainsi "immunisés" contre la redevance. Problème : on sait déjà que certaines communes demandent que l’on ajoute des restrictions de trafic.

En face, le ministre propose des facilités de paiement. A plus long terme, des mesures contre le dumping social dont les transporteurs belges sont victimes.

Contrôle des points de distribution des boîtiers

Peu après 13 heures, les représentants qui ont été reçus par le ministre Lacroix avaient donc pris la direction de différents barrages (premier arrêt : le zoning de Feluy), pour demander à leurs collègues d’arrêter le mouvement.  Sans grand effet lundi soir.

Autre élément important qui ressort de l’entrevue : le ministre du Budget, Christophe Lacroix, a également demandé à ses contrôleurs d’aller vérifier ce lundi dans les points de distribution des boîtiers OBU si ces derniers sont bien disponibles. Dans le cas contraire, Viapass (l'entité interrégionale chargée d'encadrer le prélèvement kilométrique) devrait faire face à ses responsabilités, via notamment des astreintes.

Le ministre wallon des Travaux publics contre l'exemption des routes nationales

Le ministre wallon des Travaux publics, Maxime Prevot (cdH), a rejeté lundi l'exigence des camionneurs d'exempter les routes nationales du régime de redevance kilométrique en vigueur pour les poids lourds depuis ce 1er avril.

Dans un communiqué diffusé lundi soir, Maxime Prevot dit s'y opposer "catégoriquement" et avance deux raisons.

"D'une part, elle aurait un impact budgétaire négatif pour le financement des travaux de réfection des autoroutes et routes régionales, et d'autre d'autre part et surtout, elle augmenterait inévitablement la charge de trafic sur ces axes, traversant généralement nos communes et villages", fait valoir le ministre centriste.

"Ceux-ci seraient alors utilisés davantage encore comme voiries de transit pour éviter le paiement de la redevance, au détriment tant de la qualité de vie pour les riverains (pollution, bruit...) et de la sécurité (risque accru d'accidents) que de la qualité du revêtement de la route (qui serait impacté par le passage des poids-lourds)", ajoute-t-il.

Maxime Prevot reconnaît toutefois qu'un nombre "limité mais significatif" d'appareils électroniques, (appelés OBU) distribués aux camionneurs connaissent actuellement "quelques dysfonctionnements".

"Les distributeurs d'OBU ne fonctionnent pas tous non plus adéquatement", ajoute encore le ministre qui indique avoir adressé ce lundi un courrier à l'organisme tri-régional Viapass pour le "sommer de prendre toutes les dispositions utiles, y compris celles de sanctions financières contractuelles" à l'égard de son prestataire Satellic pour que la situation soit normalisée "endéans les tous prochains jours voire heures", ponctue le communiqué.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK