Succès du 4e salon RECUPère à Namur Expo

Des meubles et de la déco faits à partir d'objets récupérés au 4e salon RECUPère à Namur Expo
4 images
Des meubles et de la déco faits à partir d'objets récupérés au 4e salon RECUPère à Namur Expo - © Monika Wachter - RTBF

14.000 visiteurs ont fréquenté cette quatrième édition du salon RECUPère organisée par la ville de Namur. Cette année-ci, le thème sur l'art et la culture a attiré beaucoup de curieux. Parmi les exposants, une créatrice de sacs et pochettes en chambres à air recyclés, une autre qui crée des luminaires en dentelle de carton ou encore des artistes qui fabriquent des tables, bancs ou sapins de Noël à partir d'anciennes palettes ou de déchets de bois.

Du plastique bio

La fabrication de plastique bio attire la curiosité. "C'est ce qui s'appelle de la galalithe, de la pierre de lait, explique Nathalie Lemaire du BEP Environnement. C'est simplement du lait demi-écrémé avec du vinaigre qu'on fait chauffer tout doucement.  On ajoute quelques gouttes d'huile et on filtre pour faire une pâte. On fabrique avec ça des décorations de Noël et des petits bijoux."

Une crème à récurer faite maison

Dans son atelier, Marie Eugène explique comment fabriquer soi-même des alternatives aux produits d'entretien ou cosmétiques courants, comme par exemple une crème à récurer. "Ce n'est pas très compliqué. Ce sont trois ingrédients: de l'argile, du savon noir et du bicarbonate de soude." Henri y participe parce que "on ne peut plus vraiment être sûr de ce qu'il y a dans les produits. Donc j'ai envie de savoir ce que je me mets sur la peau et ce que je mange. Pouvoir faire mes produits ménagers moi-même, ça m'intéresse vraiment. Et c'est aussi pour des raisons économiques parce qu'évidemment, cela coûte moins cher."

 

Le réemploi des T-shirts pour sensibiliser au gaspillage des ressources

Nicole Willem vient de Rochefort. Elle découpe les T-shirts usés en lanière pour en faire des boules qu'elle utilise pour le crochet. "J'en fait des tapis, des paniers ou des éléments de déco. Je les utilise pour sensibiliser au gaspillage des ressources. Il y a deux milliards de T-shirts qui sont fabriqués chaque année dont beaucoup ne sont que peu utilisés. Ça ne peut pas continuer. Mon idée est de sensibiliser aux déchets et d'accompagner des groupes qui ont envie d'enclencher des modifications de comportements."