#StillStanding For Culture : les artistes se mobilisent, 300 actions dans 100 villes dans toute la Belgique

Ce samedi, les artistes vont sortir de leur silence pour faire culture
Ce samedi, les artistes vont sortir de leur silence pour faire culture - © Still Standing for Culture

Ce samedi les artistes vont se faire entendre. Ils répondent au troisième appel du collectif "Still standing for culture" - ce samedi on fait culture - pour crier qu’ils n’en peuvent plus de ce silence assourdissant et qu’il faut répartir l’effort du confinement sur tous les secteurs. L’appel à agir a été entendu. Ce 20 février, journée de la justice sociale, les artistes organisent plus de 300 opérations dans une centaine de villes à travers la Belgique.

Des rangées de souliers et des files d’attente

Pour faire culture, les artistes organisent des files d’attente statiques devant les lieux culturels fermés comme devant le théâtre national de Bruxelles, le théâtre royal de Liège ou le Delta à Namur. Ils ont demandé d’apporter des chaussures, en bon état, pour former des files de souliers devant les Bozar ou le théâtre Varia à Bruxelles ou devant la maison de la culture à Tournai. Les chaussures auront une deuxième vie. Elles seront offertes à l’Hébergement Plateforme citoyenne.


►►► Lire aussi : Un concert dans une église interrompu par la police à Crupet


A Liège, les choristes chantent des extraits de Nabucco et de la Traviata devant l’Opéra royal. Des musiciens donnent des mini-concerts devant les cafés fermés, des artistes s’exposent dans des vitrines, dans des musées ou dans un parc animalier comme à Bruxelles ou à l’abbaye de Floreffe puisque les parcs animaliers sont ouverts.

Sortir de l’invisibilité et de l’isolement forcé

Les artistes veulent sortir de cette invisibilité et de cet isolement forcé où le gouvernement les a cantonnés depuis un an. Ils vont agir, sans braver l’interdit, mais en s’insinuant dans les interstices ambigus des mesures sanitaires.


►►► Lire aussi : Vers un nouveau statut d’artiste ? "La situation était difficile avant la crise, aujourd’hui elle est intenable"


Gwenaël Breës, membre du collectif, "Still Standing for culture", explique : "Nous savons qu’on peut être à quatre dans une bulle sociale en rue en respectant les distanciations. Donc cherchons dans ces interstices-là, comment faire culture, alors que les lieux culturels, eux, pour l’instant restent fermer. C’est une manière de se réactiver, de reprendre nos droits aussi dans l’espace public".

Gouvernement et virologues doivent trouver d’autres manières de gérer l’épidémie

Pour le collectif, il faut sortir de la logique d’un régime d’urgence et d’exception. Il demande donc au monde politique et aux virologues de chercher d’autres manières de gérer l’épidémie. Le collectif propose de répartir équitablement le poids des efforts sur l’ensemble de la société et de défendre la culture comme bien commun, comme un droit, au même titre que l’accès aux soins, à l’éducation ou encore la justice. C’est le troisième appel à agir du collectif "Still standing for culture". "Nous sommes toujours debout" disent les artistes. Mais pour combien de temps encore ?

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK