Sortir l'Eau Noire de son carcan de béton, un projet de zone humide dans le centre de Couvin

Sortir l'Eau Noire de son carcan de béton, un projet de zone humide dans le centre de Couvin
4 images
Sortir l'Eau Noire de son carcan de béton, un projet de zone humide dans le centre de Couvin - © RTBF - Anaïs Stas

Au cœur de Couvin, l’Eau Noire s’écoule, canalisée, emprisonnée par des berges bétonnées de parfois trois mètres de haut. Malgré cette artificialisation, la qualité biologique du cours d’eau est bonne. C’est le résultat d’années de chantiers successifs pour lever les obstacles à la libre circulation des poissons et de canalisations des eaux usées – ce dernier chantier s’est seulement achevé en 2020.

Une nouvelle étape pour améliorer la biodiversité du cours d’eau se dessine en 2021. La berge bétonnée, en rive droite de l’Eau Noire, va être détruite et remplacée sur 250 mètres par une berge naturelle, en pente douce.

Le terrain choisi se situe derrière les anciennes usines Saint-Roch : un petit bois à l’abandon devenu avec les années un dépotoir et un lieu d’insécurité. Les broussailles vont être retirées, de nombreux arbres seront abattus. "On ne garde que les spécimens les plus intéressants. Ils ont été identifiés par le DNF", détaille Bernard De Le Court, ingénieur au SPW pour les cours d’eau non navigables avant de poursuivre : "On va créer une zone humide, une zone d’eau lente où la rivière va serpenter, méandrer sur le terrain. On va aussi structurer de nouveaux cheminements, une partie sera sur caillebotis pour flirter avec la rivière".

Plus de place pour la mobilité douce

La ville de Couvin travaille en partenariat avec le SPW. "Comme le projet prend pied dans le centre-ville, c’est l’occasion aussi de revoir la mobilité douce, redynamiser le centre-ville, attirer des gens, des touristes dans le centre", annonce l’échevin de l’environnement Claudy Noiret, avant de poursuivre : "Couvin et sa région ont un immense potentiel de randonnées. L’idée à terme que le centre-ville soit le départ de nombreuses balades".

Dans cette optique, deux passerelles vétustes qui enjambent l’Eau Noire seront remplacées, celle au départ de la place Général Piron et celle derrière les anciennes usines Saint-Roch. Au total, le coût des travaux est estimé à 870.000 euros, en majeure partie à charge de la région. Le SPW a déposé la demande de permis d'urbanisme.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK