Sombreffe: restructuration chez Carwall après la fermeture de Caterpillar?

L’annonce d’une fermeture de Caterpillar suscite l’inquiétude bien au-delà de Gosselies, chez les sous-traitants dont les carnets de commande dépendent beaucoup de l’activité de Caterpillar. C’est le cas de l’entreprise Carwall de Sombreffe. Elle fabrique des cabines pour les engins de chantier. Aujourd’hui le personnel redoute le pire.

"Carwall travaille à 90% pour Caterpillar, explique Eric Marès, délégué FGTB. Donc c’est un choc. Les produits que Caterpillar va délocaliser en Asie, nous les perdrons. Donc on sait très bien qu’il y aura une restructuration chez nous, c’est inévitable. De quel ordre, c’est encore un peu tôt pour le dire, mais la secousse sera énorme".

220 personnes travaillent aujourd’hui chez Carwall. Combien demain? Pour les syndicats, il faut absolument trouver d’autres marchés pour sauver un maximum d’emplois. "Il faut diversifier la clientèle et faire remonter le chiffres d’affaires qui est déjà en chute libre depuis 2012 et qui va de nouveau être impacté. En terme purement comptable, c’est invivable".

"Un acte de trahison"

Lorsqu’ils ont appris la nouvelle de la fermeture de Caterpillar ce vendredi, les employés et les ouvriers de Carwall sont restés sans voix. "On a fait beaucoup d’efforts depuis 2008, poursuit Eric Marès. On en a fait aussi en 2013 lors de la restructuration précédente chez Caterpillar, on a payé énormément au niveau du personnel, pour en arriver à cette situation. Je n’ai pas peur de le dire, c’est une trahison de la part des gens de Caterpillar, de la direction de Caterpillar aux Etats-Unis".

Un conseil d’entreprise aura lieu mardi chez Carwall pour faire le point sur la situation, tandis que l’actionnaire principal est attendu sur le site mercredi. Cette visite était prévue de longue date, mais l’annonce d’une fermeture de Caterpillar lui donnera inévitablement une autre dimension.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK