Scandale Veviba: à Rochefort, l'abattoir Lanciers a perdu 90% de ses clients en trois jours

Malgré des rapports positifs de l'Afsca, l'entreprise est touchée de plein fouet par le scandale. Elle fait partie du groupe Verbist, le groupe qui possède aussi Veviba à Bastogne.

Les 70 travailleurs de l'abattoir de Rochefort risquent de se retrouver au chômage technique dès ce mardi. L'entreprise cherche un repreneur. Elle veut se séparer du groupe Verbist pour sauver le site et les emplois.

"On sent bien que pour le moment, faire partie du groupe Verbist n'est pas vraiment idéal, explique Olivier Biron, le responsable du site rochefortois. On sait que l'on est surveillé, et c'est normal... Mais l'Afsca n'a rien trouvé à redire chez nous: l’étiquetage, l'abattoir, les produits... Tout est au vert! Que peut-on faire de plus?"

Pourtant, l'activité tourne au ralenti - et c'est un euphémisme. "En trois jours, on a perdu tout notre chiffre d'affaires! Alors qu'on réalise 40 millions de chiffre par an, principalement dans la grande surface. On pourra bien résister quelques semaines mais il ne faudrait pas que ça se prolonge... Donc, si on peut être repris par un autre groupe, cela sauvera peut-être l'emploi! Ensuite, j'espère que les clients reviendront..."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK