Recomposition politique à Ciney: l'échevin Deville (MR) lance un mouvement pluraliste

Le nouveau mouvement s'est choisi un logo
Le nouveau mouvement s'est choisi un logo - © ICI

Les élections communales n’auront lieu que dans un an et demi, mais l’échiquier politique se met déjà en place à Ciney. Et on peut s’attendre à un joli bras-de-fer dans la capitale du Condroz, dirigée par le MR en majorité absolue depuis 2012. L’échevin Frédéric Deville a frappé un grand coup ce jeudi en annonçant le lancement d’un mouvement, baptisé ICI (Intérêts cinaciens), rassemblant le CDH, le PS et une partie des libéraux.

"On s’est réuni plusieurs fois et on a tous vu qu’on avait la même vision de la politique de demain, explique l’intéressé. Une politique beaucoup plus humaine et proche du citoyen. On s’est dit qu’au niveau communal, l’importance des partis est de moins en moins d’actualité et qu’il fallait faire place à une nouvelle vision de la politique".

Ecolo a également été approché mais les Verts restent au balcon pour l’instant. Tout en se disant ouverts à la discussion, ils préfèrent travailler à l’élaboration de leur programme. "L’enjeu pour Ecolo, ce sont les projets pour l’avenir de la qualité de vie à Ciney bien avant les questions de personnes", peut-on lire dans un communiqué.

Des candidats sans couleur politique

En octobre 2018, ICI présentera donc une liste pluraliste et citoyenne. "L’idée est de faire la part belle aux citoyens, à des gens qui n’ont pas de couleur politique à l’heure actuelle et qui n’en auront pas à l’avenir, poursuit Frédéric Deville. Et donc sur les 25 candidats, sept seront issus de la société civile, ce sont des gens qui ont envie de s’investir pour les Cinaciens. Il restera 18 places, six pour les libéraux, six pour les humanistes et six pour les socialistes. Dans les prochains mois, nous irons à la rencontre des gens dans les villages pour leur demander leurs priorités pour la prochaine législature".

En 2012, Frédéric Deville avait réalisé le deuxième score de la liste Union emmenée par Jean-Marie Cheffert. Mais entre les deux hommes, la tension est vive depuis plusieurs mois. En lançant ce nouveau mouvement, l’échevin officialise la rupture et affiche clairement ses ambitions. "Je me propose aux citoyens, je ne m’impose pas contrairement à d’autres. On doit passer outre les accords préélectoraux et on doit laisser la place aux Cinaciens pour décider qui ils veulent comme bourgmestre pour les six prochaines années. Maintenant il est certain que je n’ai pas les mêmes qualités que Jean-Marie Cheffert. Mais je pense qu’au niveau du management d’équipe, de la communication ou de la créativité, je peux rivaliser".

Pas une liste anti-Cheffert

Avec son mouvement, Frédéric Deville bouleverse l’ordre établi. Mais il l’affirme, il ne s’agit pas d’une opération anti-Cheffert. "Cette liste n’est pas une liste anti-quelqu’un et encore moins anti-MR. C’est plutôt une liste pro-Ciney, pro-Cinaciens, pro-citoyens".

L’échevin égratigne tout de même le bourgmestre qui a été incapable, selon lui, d’unifier l’équipe et de la gérer. "Il a toujours voulu diviser pour mieux régner et maintenant il récolte ce qu’il a semé. Je respecterai toujours les personnes qui sont avec lui, mais il y a d’autres personnes qui commencent à ouvrir les yeux et à se dire qu’il y a peut-être moyen de gouverner la ville de Ciney différemment".

Pour Jean-Marie Cheffert, le coup est rude. Lâché par une partie de ses troupes, il voit aussi s’évaporer l’accord préélectoral qu’il avait conclu en secret avec le PS pour 2018, les socialistes ayant fait marche arrière cette semaine après avoir rallié le mouvement ICI. Contacté ce jeudi, le bourgmestre prend acte de la manœuvre qu'il qualifie d'alliance des revanchards.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir