Profondeville: une décharge à ciel ouvert

Profondeville: une décharge à ciel ouvert
Profondeville: une décharge à ciel ouvert - © RTBF

Mauvaise surprise dans un bois de Profondeville.  Une ancienne décharge est en train de remonter à la surface.  Il s'agit d'un ancien dépôt communal d'encombrants.  Il y a quelques années, il avait été sommairement recouvert de terre.

Michel Fautsch, environnementaliste, est un amoureux de la nature.  Il était parti à la recherche d'une plante et il est tombé sur un os. "J'allais à la rencontre d'une plante protégée assez rare quand j'ai vu que le sous-bois était un peu coloré bizarrement par ici", dit Michel Fautsch.

Enfouis à 7 mètres de profondeur

Les déchets sont dispersés sur une quinzaine d'ares, des déchets enfouis sous six à sept mètres de profondeur. Nous sommes sur une ancienne sablonnière au milieu des bois.  Il y a des dizaines d'années, ce dépôt communal pour objets encombrants avait reçu toutes les autorisations.  Bernard Delmotte, directeur général de la commune de Profondeville, explique: "Les conditions qui étaient mises dans l'autorisation, c'était de recouvrir d'une couche de terre.  Le temps faisant, les pluies, les mouvements de sol font que les déchets ressortent."

Pourtant, en 1983, il y a presque 35 ans, la Province a mis fin à cette autorisation et les déversements se sont alors arrêtés.  Michel Fautsch: "Ce qui m'interpelle quand-même aujourd'hui, c'est de voir tout ce volume de déchets encore bien visibles.  On est quand-même dans une zone où il y a des chantoirs, où l'eau percole et où on peut contaminer des nappes phréatiques avec une série de déchets".

La Spaque, une société spécialisée dans la réhabilitation de décharges, recense environ 900 sites de ce genre en Wallonie. Caroline Charlier, chargée de communication : "On réalise des prélèvements, puis on informe la Région wallonne. C'est elle qui décide si on doit alors agir ou non". 

Ce qui est certain, c'est qu'il existe encore des centaines de dossiers, bien loin d'être enterrés. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK