Prime namuroise pour le commerce : déjà 1 million d’euros attribués

Le collège communal de Namur a prolongé le délai durant lequel les commerçants locaux peuvent introduire une demande de prime pour compenser le manque à gagner, enregistré durant les périodes de fermeture. Près d’un million d’euros est déjà attribué. Les commerçants ont jusqu’au premier juillet pour se manifester.

L’horeca majoritaire

"A ce jour, 541 dossiers ont été rentrés dont un quart n’est pas éligible à la prime", remarque le cabinet de l’échevinat du commerce. Parmi eux, l’horeca représente la moitié, un quart est constitué des métiers de contacts et les autres représentent le quart restant.

"Parmi les secteurs concernés par la prime : on retrouve l’horeca, qui a pu ouvrir il y a seulement quelques semaines, le secteur des soins à la personne, les secteurs de l’habillement qui ont seulement pu ouvrir sur rendez-vous", détaille Stéphanie Scailquin.

"Ces petits commerces (hors Horeca) peuvent bénéficier de la prime s’ils disposent de moins de cinq équivalents temps-plein et s’ils enregistrent une perte de chiffre d’affaires de quarante pourcents. Ceux qui ne peuvent pas en bénéficier sont ceux qui étaient considérés comme essentiels, durant la période de confinement. C’est le cas par exemple de tous les commerces alimentaires", poursuit l’échevine du commerce.

Entre 2000 et 3000 euros

Parmi les candidats, on retrouve par exemple la maroquinerie de Caroline Marneffe, située rue Emile Cuvelier. Son commerce a fermé durant trois mois, l’an dernier. La commerçante estime à septante pourcents la perte de son chiffre d’affaires : "ça représente une perte de nonante mille à cent mille euros. Cette prime ne va combler la perte mais ça nous aide à vivre", conclut l’indépendante.

La prime communale s’échelonne entre 2000 et 3000 euros. Au total, Namur a débloqué un million et demi d’euros pour soutenir son commerce.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK