Plus de nouvelle terrasse de café et de restaurant rue de Fer et rue de l'Ange

La ville de Namur veut soutenir le commerce et ses commerçants. Des enseignes qui ont beaucoup soufferts ces derniers mois à cause des différentes restrictions imposées par la pandémie. En témoigne, les nombreuses vitrines actuellement vides dans le centre-ville. Des espaces souvent convoités par le secteur Horeca, très demandeur de pouvoir se développer dans le centre historique de Namur. 

C'est pourquoi l'échevine de l'urbanisme, Stéphanie Scailquin, a pris la décision de le plus autoriser l'installation de nouvelles terrasses dans la rue de Fer et la rue de l'Ange pour les deux prochaines années à venir. Si la ville ne peut pas interdire l'installation de bar, café ou de restaurant, elle peut limiter leur présence sur la voie publique via les terrasses et les enseignes publicitaires pour lesquelles une autorisation est toujours nécessaire. Dans un communiqué, l'échevinat explique que "ces diverses installations génèrent des conflits d’appropriation de l’espace public et contraignent la déambulation des piétons en rompant le flux tout en empêchant le lèche-vitrine."

La ville qui mène actuellement une réflexion sur l'extension de son piétonnier veut rester une destination de shopping. La présence de trop nombreuses terrasses gênerait donc ce développement lié en grande partie au trafic des piétons et à la difficulté de longer les vitrines les unes après les autres à cause de trop nombreux obstacles.

Namur ne veut pas s'opposer au développement de l'Horeca et rappelle que la place du Vieux, la rue des Carmes ou encore celle des Brasseurs leurs sont spécifiquement réservées. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK