Pendant 3 mois une cité artistique en plein coeur de Namur

"Le Pouyon" une fresque murale à la bombe de l'artiste grapheur namurois Mehsos
6 images
"Le Pouyon" une fresque murale à la bombe de l'artiste grapheur namurois Mehsos - © RTBF - Anaïs Stas

L'ancienne crèche des "Ptits Pouyons" s'est vidée des rires des enfants. Les pièces et les couloirs résonnent. Derrière une porte qui grince, une ancienne salle de jeux avec un château miniature. La crèche devrait être rasée d'ici quelques mois. Le bâtiment des années 60-70 laissera la place aux travaux du téléphérique. Ici, au 63 rue des Brasseurs, à hauteur de la Place Maurice Servais, devrait s'encrer la base du téléphérique de la citadelle de Namur. 

D'ici là, pas question de laisser ce terrain de jeux à l'abandon. Des artistes investissent les lieux.

La cité artistique éphémère volatil(e) est née. Pendant trois mois, des artistes sont invités à marquer de leur emprunte, transformer les lieux autour du thème de l'éphémère et de l'oiseau.

Les artistes intéressés par le projet sont invités à entrer leur candidature.

Les sept premiers candidats sélectionnés ont déjà investi les lieux. Le grapheur Mehsos a réalisé la Fresque murale à la bombe "Le Pouyon" à l'entrée du bâtiment. Le peintre Charles Lemaire a transformé une cage d'escalier de secours en volière. Il mêle travail au pochoir et photographies de tatouages d'oiseaux.

Les premiers artistes à s'approprier les lieux sont graffeur, photographe, sculteur, plasticien, styliste ... Le but ? Proposer des créations très variées et amener les artistes à se rencontrer. Les organisateurs espèrent que des œuvres collectives écloront durant ces trois mois.

Un projet porté par le Comptoir des Ressources Créatives de Namur et supporté par la ville qui débloque un budget de 5000€.  

Le public sera régulièrement invité à visiter les lieux, rencontrer les artistes via des expos, concerts, apéros etc. La première ouverture au public, c'est ce week-end du 19 au 20 mai avec l'évènement 24h d'images.  

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK