Nouvelles classes d'accueil pour les enfants des réfugiés

Centre d'accueil Fedasil de Florennes
2 images
Centre d'accueil Fedasil de Florennes - © Belga

Bonne nouvelle pour les écoles qui accueillent les enfants des migrants. La Fédération Wallonie-Bruxelles a annoncé aujourd'hui qu'elle leur accorde des moyens supplémentaires: 225 nouvelles périodes. Trois des six établissements concernés par cette mesure se trouvent dans nos deux provinces: l'athénée de Florennes, l'athénée de Beauraing et le CEPES (Centre d'enseignement secondaire provincial) de Jodoigne. Les trois institutions accueillent des enfants et adolescents du centre Fedasil tout proche.

La Fédération Wallonie-Bruxelles organise depuis de nombreuses années un dispositif de scolarisation et d'accueil spécifique à destination de ces jeunes. Les élèves apprennent dans ces classes passerelles d'abord et avant tout le français et la culture de notre pays. Il y a actuellement 28 classes d'accueil dans le fondamental et 36 dans le secondaire.

Création de nouvelles classes passerelles

A l'athénée de Florennes, la classe d'accueil existe depuis une douzaine d'années dans le fondamental. Normalement, il ne peut y avoir que 15 élèves. Ils sont déjà 19. En prévision de l'arrivée massive de réfugiés, une demande pour une deuxième classe a été introduite. Grâce aux nouveaux subsides, une deuxième enseignante va pouvoir être engagée. Il faut des connaissances spécifiques en intégration pour pouvoir donner cours aux enfants.

Ces jeunes réfugiés ont parfois été à l'école, parfois pas du tout. Ils parlent tous une langue étrangère, souvent l'arabe. S'ils savent écrire, l'alphabet n'est pas le même. En plus, l'arabe s'écrit dans le sens inverse du nôtre. Ils doivent donc d'abord apprendre à écrire de gauche à droite, avec notre alphabet. Le but n'est pas de rester éternellement dans ces classes passerelles. Dès qu'ils peuvent se débrouiller suffisamment, ils rejoignent l'enseignement traditionnel.

Au centre Fedasil de Pondrôme il y a beaucoup de familles afghanes, syriennes et irakiennes. A l'athénée de Beauraing tout proche, il y a donc déjà trente élèves inscrits dans la section d'accueil. L'objectif est d'ouvrir dès que possible une deuxième classe. Il y a aussi beaucoup de volontaires qui sont prêts à donner un coup de main pour apprendre aux enfants à lire et écrire, sous la supervision de l'enseignant spécialisé en intégration.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK