SDF délogés à Namur: Maxime Prévot justifie l'intervention musclée de la police

SDF délogés à Namur: "c'est la volonté de maintenir le campement sauvage qui a justifié l'intervention de la police" explique Maxime Prévot
2 images
SDF délogés à Namur: "c'est la volonté de maintenir le campement sauvage qui a justifié l'intervention de la police" explique Maxime Prévot - © Tous droits réservés

Des tensions ont éclaté ce week-end à Namur à cause du règlement anti-mendicité adopté récemment par le conseil communal, et qui est vigueur pour une période de trois mois. Plusieurs rassemblements ont eu lieu, à l’initiative de SDF. Et la police est intervenue de façon très musclée samedi après-midi pour déloger ceux qui avaient planté leur tente sur la place d’Armes.

Ce dimanche, le bourgmestre en titre de Namur, Maxime Prévot, justifie l’intervention des forces de l’ordre. "Il n’y a pas de difficulté à entendre que le règlement ne plaît pas ou qu’il doit être amélioré. D’ailleurs, dès vendredi, le dialogue s’était instauré à l’occasion d’une première protestation. C’est uniquement le fait de vouloir installer en cœur de ville un campement sauvage pendant plusieurs jours qui a justifié l’intervention de la police. A plusieurs reprises, les forces de l’ordre ont courtoisement demandé que les tentes soient repliées. Mais face au refus d’obtempérer, la police a délogé les protestataires".

La ville de Namur entend les critiques qui lui sont adressées. Elle se dit prête à discuter et rappelle que le règlement controversé fera l’objet d’une évaluation en cours de route. "Après une semaine, c’est un peu court pour avoir du recul. Mais cela n’empêche pas qu’on puisse déjà entendre, écouter et voir de manière pragmatique quelles sont les pistes pour renouer le dialogue".

Règlement assoupli?

Doit-on comprendre que le règlement pourrait être assoupli dans les prochaines semaines ? Sans doute pas, mais la police pourrait être moins regardante à l’égard des mendiants si tout se passe bien. "Le règlement ne saurait pas être assoupli administrativement dès lors qu’il a été validé par le conseil communal et que le conseil communal ne se réunit pas avant le mois de septembre, ajoute Maxime Prévot. Par contre, il faut veiller à la mise en œuvre de ce règlement. C’est la police qui est censée le mettre en application. Il faut donc regarder de façon pragmatique quelles sont les manières d’atteindre l’objectif, en évitant d’être dans l’excès".

Ce lundi matin, comme promis lors du rassemblement de vendredi, les autorités communales et les services sociaux de la ville rencontreront une délégation de SDF dans un climat sans doute plus apaisé.

L'intervention de ce samedi à Namur a choqué les personnes présentes

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK