Namur : le téléphérique servira bien de moyen de transport urbain dès septembre

Dès la prochaine rentrée scolaire, les cabines monteront et descendront la citadelle de 7h30 à 18h30, ce qui permettra aux écoliers, aux étudiants et même aux travailleurs qui viennent des alentours de rejoindre le centre de Namur grâce à un outil de mobilité douce. De quoi espérer fluidifier peut-être aussi le trafic au centre de la ville.

Est-ce vraiment nécessaire ? Même s’il y avait une demande, une pétition a même circulé, difficile de la quantifier… C’est pourquoi cette extension d’horaire va être testée durant deux ans, deux années scolaires pour voir si ce mode de transport urbain correspond à une demande réelle et non fantasmée.

230.000 euros par an

Parce qu’évidemment, cela représente un coût supplémentaire pour la Ville. Le cahier de charge de cette extension d’horaire a été validé hier : le coût est estimé à environ 230.000 euros par an. Mais les recettes engrangées durant ces heures étendues, estimées à 40.000 euros par an, reviendront directement à la Ville, ce qui réduit donc un peu le coût. Les tarifs seront aussi adaptés, mais on ne sait pas encore à quelle hauteur. Cela devrait être abordé lors du prochain conseil communal.

Notre reportage dans le JT lors de l'inauguration du téléphérique:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK