Namur: la collecte des sapins, pour le compostage ou les grands feux

C’est une habitude bien ancrée un peu partout : après les fêtes, on procède au ramassage des sapins de Noël. La plupart des communes attendent l’Epiphanie pour le faire, mais le service propreté publique de la ville de Namur a déjà commencé lundi matin en s’attaquant aux artères commerciales de Namur et de Jambes, histoire de faire place nette pour le début des soldes.

Du dimanche 8 au jeudi 12 janvier, la collecte aura lieu chez les particuliers, village après village. Chaque année, ce sont ainsi plus de 4 000 sapins qui sont ramassés par les ouvriers communaux namurois.

Compostage ou grand feu ?

Une partie des sapins est envoyée au centre de compostage de Naninne. Mais la ville propose également une grosse part de la collecte aux organisateurs des grands feux qui animent traditionnellement la fin de l’hiver dans la région.

"Nous avons six camions qui vont arriver des ramassages, explique Roger Stecker, président de la Confrérie royale du Grand Feu traditionnel de Bouge, le plus important des grands feux namurois. Nous récupérons également les grands sapins qui ornent la ville ainsi que les sapins des particuliers qui peuvent d’ores et déjà venir les déposer ici, en n'oubliant pas de retirer toutes les décorations".

De la matière, la confrérie en a besoin en grande quantité. Le bûcher atteindra 12 mètres de haut (sans le bonhomme hiver) et 33 mètres de circonférence. 600m³ de sapins sont nécessaires à la confection des fagots. "Et les fagots, il nous en faut entre 7 et 9 000", poursuit Roger Stecker.

Le montage du bûcher a commencé durant l’automne et se poursuivra dans les prochaines semaines. Le grand feu de Bouge aura lieu le 5 mars et sera l'occasion pour la confrérie de célébrer son 60e anniversaire.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK