Namur: l'Enjambée, la passerelle cyclo-piétonne, mal soudée

Namur : la passerelle "L'Enjambée" a été mal soudée
Namur : la passerelle "L'Enjambée" a été mal soudée - © RTBF - Anaïs Stas

Si vous passez régulièrement en bord de Meuse près du Grognon, vous l'avez certainement remarqué : les travaux de l'Enjambée, la passerelle-cyclo piétonne qui doit relier Jambes au Grognon, sont à l'arrêt. Pourquoi ? Certaines soudures ont été mal réalisées. Il y a un problème de géométrie.

Rappelez-vous, durant l'été la passerelle est acheminée en plusieurs morceaux. Ils sont soudés sur un ponton arrimé en bord de Meuse. Une fois l'arc principal réalisé, la passerelle pivote, les branches supérieures sont ensuite soudées. Depuis, la passerelle aurait dû être peinte, un plancher posé tout comme le mobilier urbain ... mais rien !

Au moment de l'assemblage des différentes parties certains éléments sont mal soudés. La stabilité de la structure n'est pas mise en cause mais il y a des angles. Le reste du chantier est bloqué. Impossible de poser le plancher, ce serait inesthétique et il y aurait un problème de tolérance : le plancher ne reposerait pas entièrement sur la structure comme prévu.

Tensions entre la Région et l'entreprise

Tensions et discussions entre la Région Wallonne et l'entreprise Franki. Avant les vacances de Toussaint le blocage était total. Maintenant, le Service Public de Wallonie est un peu plus optimiste "on est en passe de trouver une solution" annonce Nicolas Yernaux, porte-parole au SPW.

Quelle serait cette solution ? Les soudures mal réalisées seraient disquées puis refaites. Cette fois, il n'y aurait pas besoin d'un ponton (qui portait la passerelle) et de couper la navigation sur la Meuse. Des vérins seront utilisés pour supporter la structure et modifier les angles.

Si un accord est rapidement trouvé le meilleur scénario reporte la fin du chantier de l'Enjambée à la fin du printemps 2019, soit un an de retard sur le planning initial. Avec tout le retard accumulé, l'entreprise Franki, responsable de la réalisation de la structure métallique, est au maximum des pénalités prévues dans son contrat avec la Région Wallonne... soit 230.000€ !

Archive : JT 10/08/2018

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK