Namur: des archéologues-plongeurs fouillent le fond de la Sambre en face du Grognon

C'est à l'endroit indiqué par Christophe Delaere (CREA-Patrimoine), de l'autre côté de la Sambre, que les fouilles auront lieu dans le lit de la rivière
2 images
C'est à l'endroit indiqué par Christophe Delaere (CREA-Patrimoine), de l'autre côté de la Sambre, que les fouilles auront lieu dans le lit de la rivière - © Hugues Van Peel - RTBF

Un nouveau chantier archéologique a commencé à Namur dans la nuit de lundi à mardi: des fouilles subaquatiques au fond de la Sambre, elles ont lieu au pied du Pont du Musée, sur la rive gauche du cours d’eau, juste en face du Grognon.

C’est une équipe du Centre de Recherches en Archéologie et Patrimoine de l’ULB (CREA-Patrimoine) qui pilote l’opération, en collaboration avec les archéologues du Service public de Wallonie, toujours occupés de leur côté à fouiller l’esplanade du Grognon où un parking souterrain doit être construit.

"Il faut savoir que la Sambre a été fort aménagée et perturbée au fil du temps, le gabarit de la rivière a changé, comme les chemins de halage, le cours d’eau a été dragué, explique Christophe Delaere, responsable du chantier. Donc ici, on a identifié un petit secteur qui n’a pas été trop abîmé, où il y a encore du sédiment qui conserve toute l’histoire de l’occupation du secteur. Il faut imaginer qu’une rivière comme ça, c’est la poubelle de la ville. Ce qui veut dire que sur 2 000 ou 3 000 ans d’occupation, on va retrouver couche par couche tout ce qui se passait à côté: les activités économiques liées à la batellerie ou au pont par exemple".

Navigation interdite pendant les fouilles

Concrètement, entre 22h00 et 5h00 (six jours sur sept pendant les deux prochaines semaines), des archéologues-plongeurs se relaient pour explorer le fond de la Sambre au moyen d’un aspirateur à sédiments. En surface, une autre équipe est chargée du tamisage et du tri: les objets intéressants sont inventoriés, le reste retourne à la rivière en aval du chantier de fouilles (à l’exception bien sûr des déchets).

Pour des raisons de sécurité, la navigation de nuit est interdite sur la Sambre entre l’écluse de Salzinne (en amont) et la confluence (en aval) pendant la durée du chantier.

Sur le chantier de fouilles du Grognon, on observera de près les résultats de ces recherches subaquatiques. "En fait, les fouilles terrestres sur le Grognon vont finalement assez peu toucher les anciennes rives de la Sambre, explique Dominique Bosquet, archéologue au Service public de Wallonie. Donc pour nous, l’opération subaquatique vise à voir s’il n’y a pas des éléments archéologiques en place conservés sous le niveau de la rivière qui nous permettraient d’affiner certaines interprétations par rapport à des résultats obtenus en surface. Notamment la découverte d’une voie romaine principale… Comment se passait à l’époque le franchissement de la Sambre? Est-ce que c’était à gué? Est-ce qu’il y avait un pont? Ce genre d’aménagement pourrait être mis en évidence par une opération subaquatique comme celle-là".

Ces fouilles subaquatiques constituent une opération-test. Si les résultats sont concluants, un chantier de plus grande envergure pourrait être envisagé.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK