Namur: bonhomme hiver n'a pas resisté longtemps au bûcher du grand feu de Bouge

Il a tenté de résister. Il s'est caché dans une épaisse fumée. On n'apercevait souvent que son chapeau. Mais après une heure, bonhomme hiver a rendu les armes. La tradition a été respectée avec un passage de flambeau important. C'est la première fois que Frédéric Onbelet a porté bonhomme hiver sur son épaule jusqu'au sommet du bûcher.

Il marche dans les pas de son père, membre depuis 40 ans de la Confrérie royale du grand feu de Bouge. Patrick Onbelet a hissé le gros bonhomme 35 fois jusqu'au sommet. Cette année, il n'est pas peu fier. Son fils a réussi à bien trouver l'équilibre avec sa charge de 50 kilos sur son épaule avant de grimper à l'échelle. Il est arrivé au sommet sans encombre. La relève est donc assurée.

Pour cette 61e édition, Emmanuel Fivet, le président du bataillon des Canaris a eu l'honneur d'être désigné le "grand allumeur", c'est-à-dire le premier autorisé à mettre le feu au bûcher. Cela a bien marché. Bonhomme hiver n'a pas résisté longtemps. Et on a envie de croire que l'hiver ne va plus durer et que le printemps va vite arriver avec sa lumière et son soleil.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK