Nouveau palais de justice à Namur, début des travaux en novembre

La première pierre du nouveau palais pourrait être posée au deuxième semestre de 2017
2 images
La première pierre du nouveau palais pourrait être posée au deuxième semestre de 2017 - © Atelier d'Architecture de Genval

L’agenda se précise concernant le projet de nouveau palais de justice à Namur, un dossier dont on parle depuis longtemps mais qui tarde à se concrétiser. Après des années d’attente, on entrevoit le bout du tunnel. Les engins de chantier arriveront bientôt sur le site retenu pour la construction du bâtiment dans le quartier des casernes.

"Il s’agit d’une phase préalable à la construction du palais, explique Laurent Vrijdaghs, le patron de la Régie des Bâtiments. C’est une phase qui consiste à démolir les bâtiments existants et à préparer le terrain. Nous devons par exemple déplacer certaines infrastructures souterraines sur le site".

Pour ces travaux, un appel d’offres a été lancé au mois de juillet, la Régie sélectionnera bientôt le prestataire parmi ceux qui ont soumissionné. "On estime que ces travaux pourraient commencer en novembre et s’achever en février-mars de l’année prochaine".

Début de la construction en 2017

Parallèlement à cette première phase de démolition, une fois que le conseil des ministres aura donné son feu vert définitif au projet d’ici quelques semaines, la Régie des Bâtiments pourra travailler sur la deuxième phase, à savoir la construction proprement dite du nouveau palais (rédaction et publication d’un appel d’offres, analyse des offres et adjudication du marché de promotion). La première pierre pourrait être posée durant le second semestre de 2017.

Il y a urgence à commencer ce chantier. D’abord parce que le permis octroyé pour le nouveau palais arrive à échéance le 17 janvier prochain. Il faut donc absolument que les travaux soient entamés avant cette date, faute de quoi il faudra recommencer toute la procédure, ce qui signifierait des mois, si pas des années, de retard dans ce dossier.

Ensuite parce que l’état de l’actuel palais de justice ne cesse de se dégrader. Dernière exemple en date, des échafaudages ont dû être installés cet été sous le porche de l’entrée principale pour protéger les passants des briques et autres éléments de maçonnerie qui menacent de se détacher.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK