Namur: 50 millions d'euros pour le renouveau du quartier des casernes

Le quartier des Casernes à Namur va subir une profonde transformation dans les prochaines années. A côté du nouveau palais de justice, dont la construction commencera dans quelques mois, la ville va développer un projet mixte, avec du logement (entre 100 et 120 appartements), des bureaux, une bibliothèque communale, une brasserie, un commerce de produits locaux et un parc public.

Le terrain visé est actuellement utilisé comme parking. Sa superficie est de ,3 hectare. C’est une zone à haut potentiel, selon la ville de Namur qui en est propriétaire depuis 2012.

"L’ambition du projet est de redonner vie à cet endroit, explique Arnaud Gavroy, échevin de l’Aménagement du Territoire. Cette partie ouest de Namur est un peu oubliée, il ne s’y passe plus grand-chose depuis la disparition des casernes. Nous avons aussi voulu apporter quelque chose de nouveau pour les riverains de cette place vide".

L’îlot sera construit à l’angle de la rue des Bourgeois et de la rue du Premier Lanciers. Il englobera le corps de garde de l’ancienne caserne, bâtiment emblématique du site depuis 1985, dans lequel se trouve le musée africain de Namur. Un parking d’au moins 215 emplacements sera aménagé sous les nouveaux bâtiments. Il servira aux habitants et à ceux qui viendront travailler ou flâner dans le quartier.

Quant au parc, il sera situé à l’angle de la rue du Premier Lanciers et de la rue Général Michel, dans le prolongement du parvis du futur palais de justice.

Le coût du projet est estimé à 50 millions d’euros. La ville ne payera qu’une partie de la somme, le reste sera financé par la vente des appartements et des bureaux. Cinq promoteurs sont sur les rangs, leurs offres sont attendues pour le mois de novembre. L’attribution du marché est fixée à février 2018, l’ouverture du chantier un an plus tard.

Revitalisation, avec le secteur privé

Mais la ville ne compte pas s’arrêter là. Elle va aussi mener une opération de revitalisation de la rue des Bourgeois où seront bientôt logés les élèves de l’Institut technique Henri Maus et ceux de l’Institut technique Félicien Rops: réfection des trottoirs, sécurisation des accès à ce pôle scolaire et installation de bornes de rechargement pour voitures électriques.

La ville espère aussi convaincre les investisseurs privés de participer à la revitalisation du quartier. Ainsi, des contacts ont été noués avec AG Real Estate, propriétaire des trois tours des finances. "Nous sommes en pourparlers avec eux, poursuit Arnaud Gavroy. Je pense que d’ici dix ou quinze ans, vingt au maximum, les tours ne seront plus qu’un mauvais souvenir, et que nous aurons autre chose comme urbanisation sur le site. Quand un pouvoir public prend une bonne orientation et met les moyens, les privés suivent dans la rénovation de la ville et dans sa reconstruction sur elle-même".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK