Mobilisation syndicale à Namur lundi, programme allégé suite aux attentats

Pas de rassemblement syndical ce lundi en province de Namur, mais des actions dans les entreprises
Pas de rassemblement syndical ce lundi en province de Namur, mais des actions dans les entreprises - © Belga Image

La tension et les craintes liées au terrorisme après les attentats de Paris ont aussi un impact sur le calendrier social en province de Namur. FGTB et CSC avaient prévu une grande journée de mobilisation lundi prochain contre les mesures du gouvernement Michel, mais les deux organisations syndicales ont décidé d'alléger le programme.

Les trois rassemblements de militants prévus le matin ont été annulés. Le premier devait avoir lieu devant le siège de l'Union des Classes moyennes, le deuxième à la citadelle de Namur et le troisième devant les bureaux du SPF Mobilité à la Rue des Bourgeois. "Ni la police ni les autorités namuroises ne nous ont demandé d'annuler ces concentrations, explique Thierry Jacques, secrétaire fédéral de la CSC Namur-Dinant. Ce sont nos organisations respectives au niveau national qui ont plaidé en ce sens. Et les militants ont bien compris que le climat actuel n'était pas propice à ce genre d'actions".

Actions ponctuelles dans les entreprises

Par contre, les actions prévues dans les entreprises, administrations, écoles ou institutions auront bien lieu. Elles prendront la forme d'arrêts de travail, de grèves ou de séances d'information et de sensibilisation. "On a laissé à nos militants et à nos équipes syndicales sur le terrain le choix du mode d'action le plus approprié, précise Guy Fays, secrétaire fédéral de la FGTB Namur, mais il ne s'agit pas d'une grève générale".

Parmi les entreprises qui seront touchées, les représentants syndicaux citent notamment Mondelez, installée dans un parc industriel proche de Namur, ainsi que le secteur de la construction.

FGTB et CSC ont déjà prévu de se revoir prochainement pour évaluer le niveau de la mobilisation et envisager de nouvelles opérations dans les semaines qui viennent.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK