Maxime Prévot prononce seul son discours des fêtes de Wallonie sur les réseaux sociaux

Namur vibre toujours intensément durant les fêtes de Wallonie mais cette année, la ville ne voit aucune animation populaire et rien de la présence habituellement massive des gens dans les rues.

Même le bourgmestre a prononcé son allocution, seul, par vidéo, depuis la salle du Conseil communal.

D'abord, détendre l'atmosphère

Maxime Prévot aime plaisanter, y compris lorsqu’il s’agit d’évoquer une fête annulée à Namur et qu’il faut nécessairement remettre à plus tard. "Ne baissons pas les bras nous pourrons lever les coudes plus tard", sourit-il.

La solidarité namuroise a joué à plein

Cette période laisse, selon lui, un goût aigre-doux. Mais la crise sanitaire a révélé dans sa commune un tissu de solidarité sur lequel le bourgmestre insiste. "Nous avons suppléé les carences d’autres niveaux de pouvoir, se félicite Maxime Prévot, en procurant par exemple des équipements dont des masques par milliers à des professions oubliées."

Du bourgmestre au président de parti

C’est là que le président du cdH prend la main sur le bourgmestre ! Maxime Prévot évoque les négociations fédérales. Il plaide pour une nouvelle réforme de l’Etat. Il déplore d’ailleurs que les francophones ne s’y soient pas préparés plus tôt. "Voilà vingt ans que les Flamands ont défini le socle de base de leurs volontés, auquel nous avons répondu par un vide absolu. C’est regrettable."

Les projets de la ville

Mais les fêtes de Wallonie, même avortées, sont surtout l’occasion pour Maxime Prévot de développer les projets de sa ville avec un accent sur la relance d’après Covid-19. Il promet que plusieurs millions d’euros seront injectés dès les prochaines semaines et durant l’année 2021 pour soutenir à Namur les secteurs les plus impactés.
Et en conjuguant racines et modernité, le bourgmestre conclut "Bonnes fièsses di Wallonie a tortos 2.0, al maujone."

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK