"Made in Chez Nous": la Brasserie de la Houppe, une histoire d'amitié et de passion pour la bière

"Made in Chez Nous", cette série de la rédaction vous fait connaître cet automne des entreprises belges parfois méconnues en Belgique qui ont fait leur preuve, comme la Brasserie de la Houppe, en bord de Meuse à Namur. La bière a été lancée par une bande de copains namurois en 2013. Xavier Delvaux est un des cofondateurs. "C’est avant tout une passion entre amis, une passion à la fois pour Namur et son terroir et pour les bières spéciales. On avait ce rêve de réaliser notre propre bière parce qu’on ne trouvait pas ce qu’on souhaitait dans le commerce".

Une note fruitée d’agrumes

Après de nombreux essais, la Houppe est née en 2013. Anthony Miloiu, le maître brasseur, explique que "la Houppe est sur une bière triple, typiquement belge. On est sur 7,5° d’alcool. Donc on garde cette force qu’on a toujours aimée. On y retrouve aussi ce goût céréalier qu’on est habitué de retrouver dans nos bières traditionnelles. Mais on vient de lui donner un petit twist en plus en venant rehoublonner cette bière. Le houblon c’est donc lui qui nous permet d’amener différents types d’arômes naturels. Ici pour la Houppe, on est axé sur le côté agrumes. Citra, c’est le nom du houblon principal qui amène ce peps un peu pamplemousse qui est ultra-rafraîchissant".

Des petits pas pour devenir grand

Xavier Delvaux raconte les débuts de leur aventure. "On faisait réaliser deux palettes qu’on stockait dans le garage chez ma mère. Et puis en fin de journée, quand on avait fini notre travail, on distribuait à gauche et à droite". La production s’élevait à ce moment-là à 150 hectolitres par an. Aujourd’hui, la brasserie produit 4500 hectolitres et emploie cinq équivalents temps plein.

2 images
La salle de brassage de la Brasserie de la Houppe à Namur © Monika Wachter - RTBF

La Houppe tire son épingle du jeu dans un marché fort concurrentiel

Le marché de la bière artisanale est de plus en plus saturé. Mais la Houppe tire son épingle du jeu. "De fil en aiguille, la réputation a débordé les frontières de Namur. On était dans les villes périphériques et puis un petit peu, pas dans l’ensemble du pays mais presque. Et on part un petit peu même aujourd’hui aussi à l’export". Dix pour cent de la production sont exportés, principalement en France.

Pendant le Covid, les ventes ont explosé en magasins

Comme dans tout le secteur de l’Horeca, tout change avec le Covid. Heureusement, le chômage économique et le droit passerelle ont permis à la PME de passer la crise sans sombrer. "Les mois de mars, avril et mai étaient une petite catastrophe avec nos distributeurs qui fournissent l’horeca et l’événementiel qui était à l’arrêt forcé, explique Xavier Delvaux. Mais en parallèle, on a eu la toute bonne surprise de voir nos ventes explosées en magasins. Et puis, au mois de juin et juillet, là on a eu la bonne surprise de voir que pour l’ensemble on faisait les mêmes volumes que l’année passée à pareille époque".

Aujourd’hui, la Houppe souffre toujours un peu du manque du marché de l’Horeca et de l’événementiel. Mais les copains namurois espèrent que l’engouement pour les produits locaux continuera même au-delà du coronavirus.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK