Les villes de Namur et de Pristina signent une charte d'entente

Le 15 février dernier, une charte d'entente a été signée entre les villes de Namur et Pristina. La capitale wallonne compte une communauté kosovare de 3000 habitants. Un élément qui aura permis de réunir les deux villes. "C'est la première fois que notre ville noue une entente officielle avec un pays de l'est", a souligné Maxime Prévot, bourgmestre en titre de Namur, signataire de la charte avec Anne Barzin, échevine des Relations internationales. Selon cette dernière, le point commun entre les deux villes est qu'elles sont en pleine expansion.

Quels domaines peuvent sortir gagnants de cette entente?

Le développement numérique, le développement durable, l'héritage culturel, les programmes d'échanges entre les citoyens, la santé ou encore la réforme de l'administration publique. Pristina a par exemple développé un système performant permettant aux citoyens de retirer à la commune des documents administratifs sans que la présence d'un fonctionnaire ne soit requise. Namur va analyser la faisabilité d'un tel système. Pristina travaille également à une application visant à faciliter le stationnement en ville. "Nous avons beaucoup de bonnes pratiques et d'expériences que nous pouvons partager avec Namur", confie Shpend Ahmeti.

Et Pristina n'est pas en reste en termes de technologies. "70% de la population de Pristina a moins de 35 ans (contre 42% à Namur). C'est une des villes qui a le réseau internet le plus développé. La population est en permanence branchée sur son smartphone (...) Nous sommes en retard par rapport à ce que Pristina met déjà en œuvre", commente Maxime Prévot, qui a pu le constater lors d'une visite au Kosovo en novembre dernier.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK