Les ados sont-ils peu sensibles aux gestes barrières ?

Les ados sont-ils peu sensibles aux gestes barrières?
3 images
Les ados sont-ils peu sensibles aux gestes barrières? - © Tous droits réservés

Les jeunes sont souvent montrés du doigt. Il faut dire que ce sont les 10-19 ans et les 20-29 ans qui restent pour le moment les plus touchés. Quand on est ado et que l’on sait ça, est-ce que l’on fait plus attention ? Pour le savoir nous sommes allés à la rencontre des élèves de l'athénée royal de Philippeville en province de Namur.

Premier constat, à l’heure de la récré, les attroupements d’élèves se forment. Chacun retrouve ses copains des autres classes. Les distances sont quasi impossibles à respecter, donc le port du masque est obligatoire. Et pour ceux qui tenteraient de ne pas respecter la règle, ils sont directement rappelés à l’ordre. Mais comme le constate, Anne-Dupont, Coordinatrice pédagogique de l’école, les 1200 élèves inscrits respectent plutôt bien la mesure : "On a peu de problèmes. Evidemment ce sont des ados alors il faut retaper sur le clou régulièrement et les reconscientiser, malgré tout. Mais en général ici on a de la chance, ils sont respectueux et assez disciplinés."

En classe, même scénario, pas de distance, donc port du masque. Pour ses élèves de rhétos, comme Arthur 18 ans, ce n’est pas une contrainte : "Parfois on a des milieux confinés tous ensemble et là ce n’est pas trop facile. Mais on fait un maximum tous ensemble. Je crois qu’il y a une bonne conscience collective." Si pour les cinquièmes et les réthos, le port du masque n’est pas un problème, c’est plus compliqué pour les degrés inférieurs. Comme le confirme Élise Papia, professeure de français dans le secondaire supérieur : "Les rhétoriciens, ils sont tout à fait au courant de la situation. Il n’y a pas vraiment de problème. Mais avec les élèves plus jeunes en quatrième, quand ils ont 15 ou 16 ans, c’est beaucoup plus compliqué. Ils ne sont pas toujours très conscients de la situation… Biologiquement et physiologiquement à 15 ans on a besoin de se rebeller et de s’affirmer et c’est aussi une manière de transgresser les règles même si malheureusement c’est très problématique."

À l’école, les règles semblent plus ou moins bien respectées. Qu’en est-il une fois dehors, quand on retrouve ses copains lors des activités extrascolaires ? Thallia 17 ans affirme garder le masque le plus possible : "Franchement oui on respecte à fond parce qu’on a vraiment envie de protéger notre famille." Antoine, lui, nous confie : "Malgré toutes les restrictions, je continue à voir mes amis, je ne change pas trop mes habitudes. Mais bon, je fais quand même attention."

Généralement, les jeunes rencontrés comprennent et acceptent les mesures, mais pour certains d’entre eux, la meilleure solution pour ne prendre aucun risque ce serait tout simplement de fermer l’école. Une idée qui plaira moins aux professeurs et aux parents.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK