Le semi-piétonnier du centre de Namur est-il un échec ?

Aménagée en 2011, le semi-piétonnier namurois devait donner la priorité aux piétons et à la mobilité douce, avec une vitesse de circulation limitée à 20 km/h.
2 images
Aménagée en 2011, le semi-piétonnier namurois devait donner la priorité aux piétons et à la mobilité douce, avec une vitesse de circulation limitée à 20 km/h. - © RTBF

Certains le pensent depuis l'annonce de la Ville de recréer des places de parking dans l'Espace de l'Ange, appelé aussi "zone de rencontre" par les autorités communales.

Aménagée en 2011, cette zone devait donner la priorité aux piétons et à la mobilité douce, avec une vitesse de circulation limitée à 20 km/h pour les voitures et camions. L’arrêt y est autorisé mais le stationnement est pratiquement interdit.

Sauf que depuis six ans, les voitures n'ont jamais vraiment quitté les lieux. Et pour éviter le stationnement sauvage, la ville de Namur va créer de nouvelles places de parking.

Une sorte de semi-piétonnier diversement apprécié

"Le piétonnier n’est pas intéressant pour les commerçants, nous a-t-on répondu rue de l’Ange. Il y a un réel problème d’accessibilité et de stationnement." Rares sont ceux, enthousiastes, qui circulent uniquement en bus dans le centre-ville et qui souhaitent que cela perdure. "A partir du moment où il n’y a pas de places de parking, je ne vois pas la nécessité d’un vrai piétonnier."

Un rétropédalage ? Une "adaptation" plutôt

On sait que les commerçants souhaitent plus de parkings et d'accessibilité. Justement, dès l'an prochain, la Ville autorisera 17 emplacements payants, place de l'Ange. Une adaptation de la zone de rencontre en quelque sorte, pas une marche arrière, insiste Patricia Granchamps, échevine de la Mobilité.

"Nous allons marquer très clairement le stationnement. Et comme il y aura un marquage au sol, on saura qu’on pourra y stationner. Il y aura aussi un horodateur (pour une durée de stationnement de maximum 30’), qui obligera à aller chercher un ticket. Il sera muni d’un clavier, impossible donc de renouveler cette demi-heure."

Et pourquoi rien que 30 minutes ? "Pour faciliter la rotation des véhicules."

La Ville rappelle qu'un véritable piétonnier pourrait voir le jour à moyen terme, quand les nouveaux parkings de dissuasion seront opérationnels, autour du centre-ville.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir