Nouvelle fausse alerte à la bombe, le procureur de Namur s'interroge

Photo prise par l'une de nos équipes.
Photo prise par l'une de nos équipes. - © RTBF

L'alerte à la bombe qui a visé le palais de justice de Namur ce vendredi matin est à présent levée. Le quartier a été temporairement bouclé, vers 10h00. Le palais de justice a été évacué tandis que les élèves de la faculté de médecine qui se trouve juste en face ont été priés de rester dans le bâtiment, le temps pour les équipes de secours d'effectuer les fouilles.

Moins d'une demi-heure après l'alerte (à la bombe), le périmètre de sécurité qui ceinturait le quartier a été levé. Alerte "non fondée", ont confirmé les autorités.

"Comment être efficace dans le contexte actuel?"

Le procureur du Roi de Namur, Vincent Macq, s'est demandé comment la justice pouvait travailler correctement dans le contexte actuel et avec les moyens qui sont ceux des institutions judiciaires, après l'alerte à la bombe qui a mobilisé une trentaine de policiers. Celle-ci était finalement non fondée. L'origine de cette fausse alerte doit encore être déterminée.

Il déplore une nouvelle fois la vétusté du bâtiment et le peu de moyens financiers dont la justice dispose pour mener à bien ses différentes missions. "Nos vieux palais sont difficiles à gérer, il y a plusieurs entrées, plusieurs sorties...", signale-t-il. Ces circonstances ne permettent pas une gestion efficace, a-t-il tenu à souligner.

Il envisage d'avoir une réunion avec les différents chefs de corps des zones de police de la province de Namur pour notamment évoquer la manière dont il faut gérer ce type d'incident en étant le plus efficace possible.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK