Le musée de la fraise de Wépion veut devenir une institution scientifique

Le musée de la fraise sera cette saison un musée laboratoire
2 images
Le musée de la fraise sera cette saison un musée laboratoire - © Google Street maps

Il y a quelques années, le musée de la fraise a introduit une demande de reconnaissance comme institution scientifique auprès de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Mais pour être reconnu, il faut remplir beaucoup de conditions, dont la conformité du bâtiment. La ville de Namur, propriétaire des lieux, vient d'investir 10 000 euros pour la rénovation.

Des travaux de toiture, d'aménagement d'issues de secours, de carrelages ou encore de peintures, tout a été fait pour donner un nouveau souffle au petit musée qui a grandi. Il y a une dizaines d'années, il y avait un millier de visiteurs par an. En 2015, leur nombre a triplé. Il faut dire qu'il y a aussi l'attrait du jardin des petits fruits, de l'autre côté de la chaussée de Dinant, qui a ouvert ses portes en 2011. 

Un musée laboratoire

Ces travaux étaient nécessaires et avaient aussi été demandés par l'asbl qui gère les collections. C'est un premier pas franchi vers la reconnaissance. D'autres pas doivent encore suivre, dont la scénographie. Aurélien Huysentruyt, le conservateur, explique que "cette année, ça va être un peu un musée laboratoire où l'on met déjà en place les salles que l'on voudrait faire pour l'an prochain. On va tester auprès du public l'intérêt qu'il a pour les objets, l'aménagement, la scénographie à travers quatre thèmes: la fraise dans l'histoire, la fraise dans les arts et surtout les arts de la cuisine et de la table, ensuite la fraise culturelle dans le folklore et la symbolique et pour finir la fraise dans l'agriculture." 

Des conditions à remplir

Mais pour pouvoir être reconnu comme institution scientifique il faut franchir encore beaucoup d'autres étapes. "Il faut organiser des expositions, faire des recherches et des publications, constituer des collections, assurer la conservation de ces collections, étudier ces collections, les mettre en valeur, être aux normes pour la conservation, avoir un inventaire et aussi avoir des partenaires, c'est très important, notamment avec d'autres institutions scientifiques."

Le musée de la fraise n'est pas très grand, il fait a peine une petite centaine de mètres carrés. Mais son conservateur dynamique qui est aussi historien de l'art est très motivée pour faire de ce lieu un brin désuet un musée digne d'une institution scientifique reconnue.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK