Le chantier de la nouvelle gare des bus de Namur devrait débuter à l'été 2016

Le chantier de la nouvelle gare des bus de Namur devrait débuter à l'été 2016
Le chantier de la nouvelle gare des bus de Namur devrait débuter à l'été 2016 - © Tous droits réservés

Le chantier de la nouvelle gare des bus de Namur installée sur la dalle de la gare des trains devrait débuter à l'été 2016 et se terminer à la mi-2019, a annoncé Jean-Claude Gillet, gestionnaire de projet chez Eurogare (SNCB), mercredi soir lors d'une séance publique d'information et de présentation des premiers travaux du quartier de la gare.

De 4200 mètres carrés actuellement, la gare des bus passera à 11 000 mètres carrés et visera à offrir une meilleure sécurité et davantage de confort pour les passagers. "Ce que l'on craint aujourd'hui dans la gare actuelle, c'est un accident grave. Il y a un besoin d'une infrastructure sécurisante pour les usagers", a souligné Simon Collet, directeur d'exploitation des TEC Namur-Luxembourg.

Dès l'été 2016, une gare des bus provisoire sera aménagée, avec la répartition des lignes périurbaines sur les quais réaménagés situés boulevard Mélot, rue Rogier et rue Borgnée. La construction de la rampe se déroulera parallèlement au chantier de la nouvelle gare TEC.

Le rond-point Léopold deviendra un carrefour au départ duquel partira une rampe de 300 mètres de long jusqu'au toit de la gare des trains situé douze mètres au-dessus du niveau actuel de la route. Avec une pente de 4%, ce pont haubané avec un mat en acier très fin de 40 mètres sera composé de colonnes en béton et d'un tablier le plus fin possible, a ajouté Jean-Claude Gillet.

L'aile Chiny, aile droite de la gare, sera également réaménagée afin d'accéder directement à la gare des bus dont la dalle sera renforcée avec de l'acier et du béton. Au-delà des quais situés aux quatre coins du quadrilatère qu'est le toit, des quais satellites secondaires seront exploités en heure de pointe, explique Simon Collet.

Un travel center sera construit, avec salle d'attente et locaux du TEC ainsi que des cellules photovoltaïques sur le auvent tandis qu'une zone "Kiss & Ride" sera aménagée. Par ailleurs, les quatre façades de la gare seront habillées de verre blanc tandis que les faces est et ouest afficheront en grand les lettres de Namur.

"Des contraintes énormes"

Avant le début du chantier de la gare multimodale d'un budget de 49 millions d'euros, des voiries provisoires sont actuellement en cours de réalisation jusqu'au printemps, à proximité de l'actuelle gare des bus. Un parking de 500 places est également en cours de construction derrière la gare.

"Ces travaux auront de l'impact sur la circulation, mais des contraintes énormes sont prévues pour les entreprises de construction au cahier des charges en matière de maintien de la circulation, avec du travail la nuit, les week-ends ou entre 09h00 et 15h00", détaille Jean-Claude Gillet.

Les sens de circulation seront réaménagés dans le haut de la ville tandis que la corbeille sera élargie à l'arrière de la gare, a expliqué Julien Rossomme, chef de projets de la direction des routes du Service public wallon (SPW).

Ce chantier est le fruit d'une collaboration entre la SNCB, les TEC, la direction des routes du SPW et la cellule mobilité de la police de Namur et s'intègre dans la revitalisation complète du quartier gare-caserne.

L'actuelle gare a été inaugurée en 2001 alors qu'une étude de faisabilité d'une nouvelle gare des bus TEC sur la dalle de la gare s'est tenue en 2009-2010. L'enquête publique a eu lieu en mai-juin 2014. L'actuelle gare TEC, qui connaît une saturation des quais et un débordement des lignes urbaines sur la place de la Station, comptabilise 30.000 mouvements d'échange par jour et 40 000 personnes circulant sur Namur.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK