Le centre de réfugiés de Natoye ouvre un espace de relaxation pour les enfants

Espace de snoezelen
Espace de snoezelen - © RTBF - Anaïs Stas

Une piscine à balles, des instruments de musique, un matelas d'eau... Dans un petit pavillon à l'écart du centre de réfugiés de Natoye, dans un écrin de verdure, résonnent les rires des enfants. Ici tout est dédié aux jeux, à la détente. L'endroit surnommé le "refuge" est un espace de Snoezelen. Kézako ? C'est un espace dédié à la stimulation des sens. Le terme Snoezelen est le résultat de la contraction des mots "snuffelen" qui signifie renifler, sentir, et de "doezelen" pour somnoler.  

Le but est de faire ressentir des sensations, des émotions très primaires. Les adultes et les enfants qui expérimentent un espace de Snoezelen sont renvoyés dans la toute petite enfance, voire dans le vécu intra-utérin.

Ces espaces de stimulation sont utilisés depuis des années auprès d'enfants handicapés. Leur utilisation a ensuite été étendu aux personnes atteintes d'Alzheimer.

Le Centre de Réfugiés de Natoye a développé cet espace pour apporter un sentiment de sécurité aux enfants immigrés. Ils parcourent librement trois espaces : une salle de jeux pour se défouler, libérer son énergie ; une pièce avec des instruments de musique pour se calmer et se concentrer ; et enfin, une salle de relaxation, point clef du Snoezelen. Cet endroit permet à l'enfant de se déconnecter complètement de son quotidien parfois pesant, de guérir lentement de certains traumatismes (guerre, parcours migratoire, perte de proches).

Les enfants ne sont jamais laissés seul. Ils sont accompagnés d'un à deux adultes. Les adultes ne sont pas des guides, mais sont au contraire guidés par les enfants. Ils les aident à appréhender toutes les possibilités qu'offre l'espace, par exemple, oser se jeter dans la piscine à balles ou s'approcher du matelas d'eau quand on a une peur panique de la mer... Le centre de réfugiés de Natoye accueille actuellement une soixantaine d'enfants.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK