La ville de Ciney suspend deux taxes communales

La ville de Ciney annonce la suppression pour l’année 2020 de deux taxes communales : la taxe sur les terrasses et la taxe de séjour sur les hébergements touristiques.

Dans un communiqué, la ville explique que l’objectif du Collège est "d’apporter une bouffée d’oxygène au secteur Horeca et au secteur touristique contraints de stopper leurs activités depuis le 14 mars".

La ville évalue le manque à gagner pour l’année 2020 à environ 25.500 euros (taxe terrasses : 15.000 euros – taxe séjour : 10.500 euros). Cette décision devrait être ratifiée au prochain Conseil communal. La ville annonce d’ores et déjà réfléchir à la suppression de deux autres taxes : celle sur les agences de paris, et celle sur les dancings.

Les taxes supprimées venaient d’être créées

Serge Laloux, le patron de la Brasserie "Le Mets Gabon" est certes satisfait de ne pas devoir payer la taxe terrasse pour 2020, mais il reste très mitigé par rapport à l’annonce de la commune : "cette taxe n’avait pas lieu d’être !"

Pour rappel, en octobre 2019, la taxe sur les terrasses a été augmentée de 66%. Au même moment, quatre nouvelles taxes ont été votées à Ciney. C’est notamment le cas de la taxe de séjour sur les hébergements touristiques. Serge Laloux estime donc que la ville fait "surtout sa communication".

Nicolas Nannan, un autre cafetier, tenancier du café "Le Postillon" est plus nuancé. "Financièrement, cette crise, ça va être difficile. On tient comme on peut et tout est bon à prendre, même les petits gestes". Ce qu’il espère surtout c’est une sortie de crise rapide et que l’Etat tienne ses engagements. "J’ai rempli les formulaires pour recevoir les aides. Depuis, aucune nouvelle. Je n’ai encore rien touché. J’espère que ça viendra en temps et en heure".

Harmoniser les mesures

Concernant la suppression de la taxe de séjour sur les hébergements touristiques, il faudrait globaliser, harmoniser à toute la Wallonie les suppressions de taxes. C’est la suggestion de Vincent Sepult, président d’Accueil Champêtre en Wallonie. "Nous avons envoyé un courrier au ministre Dermagne, pour qu’il incite les communes à aider le secteur en supprimant notamment la taxe sur les séjours, de collecte des déchets ou le précompte immobilier. Il y a plusieurs pistes. Le principal c’est que ça ne soit pas chaque commune dans son coin qui prend sa décision".