La province de Namur se paie une nouvelle maison administrative pour 22,5 millions d'euros

La maquette de la future maison administrative de la province de Namur
3 images
La maquette de la future maison administrative de la province de Namur - © Monika Wachter - RTBF

On en parle depuis dix ans. Certains l'appelle le monstre de Loch Ness. Mais ça y est, c'est fait. La province vient de dévoiler la maquette de sa future maison administrative qui sera construite à Salzinnes. Le consortium Samyn, Eraerts, De Nul a emporté le marché de 22,5 millions d'euros. Philippe Samyn, architecte et ingénieur, est aux anges: "C'est un bâtiment unique, simple, lumineux et transparent, avec une grande hauteur de plafond. On peut ouvrir les fenêtres. C'est une construction en bois, sur pied parce qu'elle est en zone inondable, avec une structure en acier."

Un bâtiment à énergie positive

La nouvelle cité administrative provinciale sera un bâtiment à énergie positive. Il produira son électricité grâce à son toit entièrement couvert de panneaux photovoltaïques. Le chauffage sera tiré du sous-sol par des puits d'énergie. Une grande citerne sur le toit fournira l'eau nécessaire pour les jardins. Le chantier commencera par la plantation du jardin autour du bâtiment. Il y aura notamment une roseraie et un potager, également destiné aux habitants.

Comme un marché aux puces

Le mobilier sera de la récupe, fournie par la Ressourcerie namuroise, le "vide-grenier" de la ville. Les 500 agents provinciaux pourront choisir leur bureau, chaise et lampe parmi les cinq variantes qui leur seront proposées. "Ce sera comme un grand marché aux puces" dit Philippe Samyn en souriant.

La construction sera auto-financée

La député provinciale Coraline Absil met en avant les avantages de cet investissement qui permettra de réunir enfin tous les agents dans un seul lieu. "On passera de 17 bâtiments éparpillés dans la ville à une seule maison. Cela veut dire qu'on passera des 18 000 mètres carrés actuels à un peu plus de 10 000 mètres carrés . Le coût s'élève à 22,5 millions d'euros pour la construction. Par contre, la rénovation des 17 bâtiments actuels auraient coûté beaucoup plus cher, 28 millions d'euros. C'est donc un coût raisonnable."

Selon Coraline Absil, la vente des 17 bâtiments actuels rapportera au minimum douze millions d'euros. Les dix millions restants seront empruntés. Mais les taux d'intérêt sont excessivement intéressants. Par ailleurs, il n'y aura plus de loyers à payer. Et il y aura une importante économie d'énergie et d'entretien.

Un bâtiment polyvalent, modulable et multifonctionnel

Coraline Absil répond aux détracteurs du projet. "Cette construction entre parfaitement dans la transition des provinces. Comme le bâtiment est modulable et multifonctionnel, il pourra facilement être revendu si jamais les provinces venaient à disparaître."

Un beau bijou pour la princesse, mais inopportun

Etienne Cléda, chef de groupe Ecolo dans l'opposition, apprécie la beauté de la future maison administrative, un vrai bijou. Mais pour les verts, c'est un projet inopportun. "Il n'est pas au bon endroit. Il va engendrer  des problèmes importants de mobilité à Salzinnes. Et il n'est pas opportun parce que l'avenir des provinces est très incertain. Il faudra assumer l'investissement mais cela se fera au détriment des services à la population."

Le PS attend la réponse à son recours 

Au début de l'année, le PS avait introduit un recours contre le projet auprès de Valérie De Bue, la ministre wallonne des pouvoirs locaux. Pour l'opposition socialiste, il y a une trop grande ambiguïté dans le discours politique du gouvernement wallon. D'une part, il dit vouloir transférer les compétences des provinces à la région, à la communauté et aux communes. Mais ici, on veut construire un nouveau bâtiment de plus de 22 millions d'euros. "Est-ce que cela se justifie", demande Dominique Notte, le chef de groupe PS, à la ministre De Bue. Il attend sa réponse pour la fin de la semaine. Sans réponse de la ministre, cela voudra dire qu'elle approuve l'investissement. Pour Dominique Notte, "ce serait alors la preuve du double discours du gouvernement wallon qui d'une part dit blanc, stop aux provinces, et d'autre part noir, oui à un investissement de cette envergure".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK