La consultation populaire sur le square Léopold à Namur, un "simulacre"

Jean-Louis Close, Eliane Tillieux et Antoine Piret du PS namurois au square Léopold
Jean-Louis Close, Eliane Tillieux et Antoine Piret du PS namurois au square Léopold - © Monika Wachter RTBF

C'est ce que dit le PS namurois. L'opposition socialiste a convié la presse pour la rentrée politique. Elle est abasourdie par la manière dont le collège communal mène le débat autour du square Léopold. Ce petit parc au centre-ville près de la gare des autobus voué à disparaître pour faire place à un centre commercial. Le collectif pour la sauvegarde du parc Léopold avait rassemblé une pétition de près de 13.600 signatures remise à la ville pour demander l'organisation d'une consultation populaire.

La commune avait alors pris les devants et fait connaître les trois questions qu'elle compte poser à la population. Mais celle proposée par le collectif n'en fait pas partie. Antoine Piret, en charge du dossier au groupe PS, ne mâche pas ses mots :

"C'est un simulacre de consultation populaire. Ce sont des questions bidon qui ne vise pas à consulter les namurois mais à les enfumer.  C'est un manque de respect pour les 13.600 namurois qui ont signé la pétition. C'est aussi une faute politique majeure. C'est 150.000 euros qu'on jette à la poubelle pour un simulacre de consultation. "

Le groupe PS va demander au conseil communal du 11 septembre prochain d'ajouter la question sur la sauvegarde du parc Léopold posée par le collectif.

Recours auprès du ministre wallon

Les socialistes brandissent une autre arme démocratique. Eliane Tillieux, ministre wallonne et cheffe de groupe PS au conseil communal namurois, enchaîne :

"Si la question du collectif n'existe pas en tant que telle dans le référendum c'est clair que nous introduirons un recours", auprès du ministre wallon Paul Furlan.

Un pas en avant, un pas en arrière

Les commentaires pleuvent depuis que la commune a fait connaître les trois questions qu'elle compte poser à la consultation populaire. La dernière remarque vient du Rassemblement R. Il propose au conseil communal de faire un travail de réécriture du texte. Le collège communal a fini par réagir. Il a fait savoir par communiqué qu'il n'a pas eu l'intention d'occulter la question des arbres ni celle du centre commercial. Il a annoncé qu'il proposera au conseil communal du 11 septembre de reformuler les questions. Eliane Tillieux ne souhaite pas faire de commentaire sur cette valse-hésitation de la majorité avant jeudi prochain.

Monika Wachter

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK