La commune d'Andenne dénonce une "arnaque par décret" aux terres polluées

Selon Claude Eerdekens, "il s'agit d'un système mis légalement au point par des sociétés qui se contrôlent elles-mêmes. Une véritable arnaque par décret."
Selon Claude Eerdekens, "il s'agit d'un système mis légalement au point par des sociétés qui se contrôlent elles-mêmes. Une véritable arnaque par décret." - © Belga

Dans un courrier adressé à chaque commune wallonne, le bourgmestre d'Andenne Claude Eerdekens (PS) et son échevin Vincent Sampaoli (PS) dénoncent une arnaque dans la gestion des terres de voiries ou des terres excavées et les coûts de leur dépollution, rapporte La Dernière Heure lundi.

"Sous prétexte que des terres seraient polluées, certaines entreprises demandent entre 30 et 40 % de surplus. L'ensemble des communes wallonnes sont escroquées", a expliqué M. Eerdekens au quotidien. "Il s'agit d'un système mis légalement au point par des sociétés qui se contrôlent elles-mêmes. Une véritable arnaque par décret. C'est très malsain."

Dans un courrier du 23 janvier, co-signé par MM. Eerdekens et Sampaoli, adressé aux communes wallonnes, le collège d'Andenne met en garde contre "une arnaque qui plombe les finances communales". Le document parle d'"un cocktail détonnant et lucratif mis en place par la Wallonie au seul profit du secteur et au détriment du citoyen wallon" et dénonce des "analyses de sols non contradictoires, une absence de bons transports et de traçabilité des terres ou autres déchets".

Le collège souhaitait obtenir une adaptation du décret sols, approuvé en commission voilà deux semaines.

"Ce texte a été approuvé en commission il y a deux semaines sans qu'aucun vote négatif n'ait été exprimé" par le PS, répond le ministre compétent Carlo Di Antonio (cdH). Il estime au contraire que le nouveau décret règle les problèmes soulevés. Le ministre rappelle en outre que "les maîtres d'ouvrage ne doivent pas faire confiance aveuglément aux prestataires de services".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK