L'énergie éolienne fête ses 20 ans de présence en Wallonie

20 ans ont passé depuis la construction de la première éolienne industrielle à Saint-Vith. Depuis, le long des autoroutes ou au beau milieu des champs, les éoliennes font désormais partie du paysage wallon.

On en compte actuellement 366, pour une production annuelle de 1.700.000 Mégawatt-Heures (MWh), de quoi alimenter 486.000 ménages wallons. 

Toujours plus haut, toujours plus fort

En 20 ans, les structures ont gagné en puissance et en hauteur. D'en bas, on ne se rend pas compte, mais le cœur de l'éolienne peut atteindre la taille d'un camion, et les pales peuvent atteindre celle d'un terrain de football.

"S'il y a suffisamment de vent, en 1h30, cette éolienne peut produire assez d'énergie pour alimenter une famille pendant un an", explique Miguel de Schaetzen, administrateur-délégué d'Eneco Wind Belgium.

Croissance en baisse et insécurité juridique

En 2017, seules 86 éoliennes ont été implantées, un chiffre à la baisse.

Si la majorité silencieuse de la population est en faveur des éoliennes, il reste de farouches opposants.

On compte trois ans pour un parcours de projet (si tout va bien), mais cela peut prendre jusqu'à 7 ans en cas de recours.

"Jusqu'en 2011, l'éolien s'est bien développé. Puis, on remarque une forte diminution dans la croissance d'installations de mâts éoliens en raison de l'insécurité juridique", constate Fawaz Al Bitar, porte-parole d'Edora, Fédération d'entreprises actives dans la transition énergétique.

"Pour avril, mai au plus tard, on espère arriver à des solutions pour donner à la fois un cadre stable aux investisseurs et un cadre rassurant pour les citoyens", assure Jean-Luc Crucke, ministre wallon de l’Énergie.

Un avenir prometteur

On compte actuellement 366 éoliennes en Wallonie, 500 en Flandre et 232 en mer.

En 2018, en Belgique, le secteur ne représente que 7% de la production totale d'électricité. Avec la fermeture des centrales nucléaires, l'éolien devrait encore grandir.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK