L'AISBS, l'intercommunale de la Basse-Sambre, pointée du doigt

L'AISBS, l'intercommunale de la Basse-Sambre, est pointé du doigt
L'AISBS, l'intercommunale de la Basse-Sambre, est pointé du doigt - © Google Maps

L'Association intercommunale de santé de la Basse-Sambre est pointée du doigt par l'administration wallonne. Il ne s'agit pas de malversations mais de déclarations manquantes. L'AISBS n'a pas rentré son rapport des mandats et rémunérations de ses administrateurs et de ses dirigeants pour deux années de suite. Elle est la plus mauvaise élève des 78 intercommunales wallonnes. Cela tombe mal dans le climat actuel.

L'AISBS s'occupe de deux maisons de repos à Fosses-la-Ville et Mettet. Il y a un conseil d'administration qui est composé d'une dizaine d'administrateurs issus de la Province de Namur et de quatre communes: Fosses-la-Ville, Jemeppe-sur-Sambre, Sambreville et Sombreffe.

Il n'y a aucune volonté de cacher quoi que ce soit !

dit Jacques Lange, le président MR de l'intercommunale, "il s'agit d'un oubli." Mais dans le climat actuel, ça fait évidemment un peu désordre. L'AISBS s'en serait bien passée. Jacques Lange s'en explique: "Le rapport pour 2014 a été envoyé en retard, mais il a été envoyé. Le rapport pour 2015, là, il s'agit un oubli. Mais c'était une époque avec énormément de travail." Il était à ce moment-là échevin à Jemeppe-sur-Sambre et préfet des études d'un athénée en plus de sa fonction de président de l'intercommunale. Il a aussi eu des ennuis de santé. "Cette déclaration m'est sortie de la tête" admet-il. Mais les autres administrateurs, PS, MR,cdH, n'y ont pas pensé non plus, même pas ceux qui siègent dans le comité de rémunération qui doit préparer le rapport.

Les administrateurs ont accepté de diminuer leur jeton de présence il y a trois ans

Tous disent avoir fait un maximum pour redresser l'équilibre financier des deux maisons de repos. Les homes avaient une dette de 600.000 euros qui a pu être fortement réduite. Ils ne touchent plus que 75 euros nets par réunion, 40% en moins qu'auparavant. D'importants travaux sont aussi en cours pour rénover et agrandir les bâtiments. Ces efforts sont fort louables. Mais rentrer la déclaration à l'administration wallonne est une obligation inscrite dans un décret. Il n'y a pas encore de sanctions pour les mauvais élèves même si le gouvernement wallon est en train d'y réfléchir.

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir