L’aérodrome de Temploux célèbre sa transformation

Ce jeudi 17 juin l’aérodrome de Temploux a été inauguré. Si l’activité n’y a jamais cessé, l’équipe à sa tête depuis quatre ans voulait marquer l’achèvement de quatre années de travaux et de transformations.

Depuis la reprise de la structure en 2017, douze millions d’euros ont été investis pour transformer les lieux. En 2018, une piste en dur a été posée. Le macadam remplace l’herbe et permet à l’aérodrome de fonctionner toute l’année. Il ne doit plus fermer durant les mois de pluie. C’était la condition sine qua non pour convaincre la première société de s’installer : la Sonaca Aircraft vient y assembler son Sonaca 200.
Dans la foulée, on lui construit un tout nouveau hangar. Les toits dans anciens hangars, qui étaient en amiante et percés, sont remplacés. Et finalement, le bâtiment principal vient d’être totalement rénové.

2 images
Cesna 152 © RTBF – Anaïs Stas

Pôle économique et aéronautique

Si l’aérodrome a subi un sérieux lifting, il change également d’orientation. L’aviation de plaisance y occupe une place moindre. Les places de parking pour les avions dans les hangars sont limitées. L’espace disponible est destiné aux entreprises. Et l’aérodrome n’accueille plus qu’une seule école de pilotage.

L’aérodrome est devenu un pôle économique. Depuis l’arrivée de la Sonaca Aircraft à Temploux d’autres entreprises lui ont emboîté le pas. Des sociétés spécialisées dans l’aéronautique et la recherche. "Ici on a une société qui veut envoyer un drone dans la stratosphère, une qui travaille sur la boîte noire du futur, une entreprise qui développe de nouveaux moyens d’observer la terre" précise Benjamin de Broqueville, administrateur délégué de l’aérodrome de Temploux.

Dernier changement en date, le bâtiment principal, rénové, se spécialise dans l’accueil de colloques et d’évènements.
En 4 ans, l’aérodrome est passé de 8 emplois directs et indirects à 130 personnes qui travaillent sur site. D’ici deux ans, la direction espère en accueillir 200.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK