Jouer la prévention contre les tiques, en nette augmentation dans nos régions

Prévenir des morsures et éviter bien des désagréments
2 images
Prévenir des morsures et éviter bien des désagréments - © Tous droits réservés

Toutes les communes de Wallonie vont recevoir des outils de prévention pour informer le public et lui permettre ainsi d'éviter les morsures de tiques. Des tiques qui sont partout et parfois là où l’on s’y attend le moins. Les jardins d’enfants, les dunes herbeuses, les potagers, en plus bien sûr des espaces boisés et des forêts de plus en plus fréquentés pour les activités en plein air. 

Si les tiques ont de tout temps existé, force est de reconnaître qu’elles sont en nette augmentation. Et parmi elles, une partie non négligeable peut être porteuse de la borréliose de Lyme qui induit la maladie de Lyme. Détectée à temps et traitée avec des prises d'antibiotiques, elle ne laissera qu'un mauvais souvenir. Par contre, si elle n'est pas dépistée en temps et heure, elle peut alors causer de plus gros soucis de santé.

Ajoutons encore que d’autres pathogènes peuvent aussi être contenus dans ces petites bestioles qui se nourrissent du sang des hôtes qu’elles visitent.

Mieux vaut prévenir que de devoir guérir

À l’approche des grandes vacances, des camps de jeunesse et de la multiplication d’activités en plein air, la Région wallonne, via le ministère de Carlo Di Antonio (cdH) et l’ASBL Arc Environnement Santé ont décidé d’envoyer à toutes les communes de Wallonie, des dizaines de brochures et des affiches pour sensibiliser le grand public à un maximum de gestes préventifs.

Valérie Obsomer, bio ingénieur et docteur en sciences agronomiques spécialisée dans l’analyse des risques environnementaux, a elle aussi prêté son concours à cette campagne et annonce que les choses sont en train de changer. Heureusement !

"Ce qui est essentiel, dit la spécialiste, c’est bien d’éviter les morsures de ces tiques qui sont partout."

Ces tiques, elles peuvent mordre dès le plus petit stade de leur longue vie : la tique ressemble alors à une tête d’épingle, quasi invisible, et va si on ne l’en déloge pas, s’accrocher à la peau ou tomber dans les cheveux et vous mordre sans même que vous ne ressentiez la moindre douleur !

"L’idéal est donc de porter des vêtements clairs, pour les voir évoluer sur vous au cas où, et vous en débarrassez au plus vite, porter un couvre-chef et utiliser un répulsif efficace pour les dissuader de venir vous ennuyer", précise encore Valérie Obsomer.

Et, surtout, s’inspecter avec minutie sur tout le corps, y compris le cuir chevelu, le nombril, les oreilles et les parties intimes, car les tiques adorent tout spécialement les endroits chauds et tièdes.

"Toutes les communes de Wallonie vont recevoir ses affiches et ses brochures", nous annonce encore Antonin Cornet, coordinateur de l’ASBL ARC. "Et nous établirons aussi des liens avec les associations de malades et les camps de jeunesse. Il est capital, aujourd’hui, de jouer la carte de la prévention !"

 

La brochure est téléchargeable sur le site de l’ASBL Arc Environnement Santé.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK