Inculpation de Jean-Charles Luperto : l'avocate générale requiert 6 à 8 mois de prison avec sursis

Jean-Charles Luperto, le député-bourgmestre de Sambreville, s'exprime pour la première fois publiquement depuis son inculpation. Au deuxième rang, ses deux avocats Marc Uyttendaele et Marc Preumont
Jean-Charles Luperto, le député-bourgmestre de Sambreville, s'exprime pour la première fois publiquement depuis son inculpation. Au deuxième rang, ses deux avocats Marc Uyttendaele et Marc Preumont - © Benjamin Brone - RTBF

Jean-Charles Luperto, le député-bourgmestre de Sambreville et ex-président du parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, comparaît ce matin devant la cour d’appel de Liège. Il est accusé d’outrage public aux mœurs en présence d’un mineur. L’audience ne se tient pas à huis clos.

L’avocate générale requiert six à huit mois de prison avec sursis probatoire. Elle ne croit pas à la théorie d’un complot comme le laisse entendre Jean-Charles Luperto.

Jean-Charles Luperto s’exprime pour la première fois publiquement.

Il conteste toujours les accusations et dit ne pas se souvenir d’avoir été vu par un mineur dans les toilettes sur l’aire d’autoroute de Spy au bord de l’E42. Les faits remontent au printemps 2014. Il ne varie pas ses déclarations depuis le début de cette affaire.

Ma vie est bouleversée depuis cinq ans.

Il ne nie pas avoir fréquenté l’aire de Spy, surtout durant la période en question. "C’était une campagne électorale difficile" explique-t-il. L’avocate générale précise :"Je ne dirais jamais que Monsieur Luperto est un dangereux pédophile. Mais l’expert qui a interrogé l’enfant considère que son témoignage est crédible. Il y aura eu outrage aux mœurs".

Pour Jean-Charles Luperto, tous les témoins se connaissent et sont tous originaires de sa région. Il laisse entendre qu’on a voulu lui nuire. Il dit aussi qu’on n’a pas pu ni recouper sa téléphonie avec celle des témoins ni avec les images des caméras de surveillance. Ses avocats parlent d’une enquête bâclée, menée seulement à charge de leur client. Ils demandent l’acquittement ou l’abandon des poursuites.

L’affaire sera entièrement plaidée ce matin en une seule audience. L’arrêt sera rendu dans un mois.

Jean-Charles Luperto devant le cour d'appel de Liège

JT 13 heures du 19-05-2020

Affaire Luperto : Entre rumeurs et emballement médiatique

7 à la Une du 15-11-2014