Gembloux: les parents de la crèche "Pain d'épice et grenadine" comptent porter plainte

Les portes de la maison d'accueil "Pain d'épice et grenadine" sont définitivement closes à Gembloux
2 images
Les portes de la maison d'accueil "Pain d'épice et grenadine" sont définitivement closes à Gembloux - © Monika Wachter

Hélène Jacobs a vécu un mois de septembre très difficile. La maison d'accueil "Pain d'épice et grenadine" que fréquentait son fils Noham de 18 mois a fermé ses portes. "Du jour au lendemain, on s'est retrouvé sans crèche. Donc ça a été une course contre la montre ses quatre dernières semaines. Afin de trouver d'abord une solution pour Noham pour qu'il soit le mieux possible et qu'il ne souffre pas trop de cette situation. Et ensuite de voir ce qu'on pouvait faire pour que ça n'arrive plus et pour que plus aucun parent ne se retrouve dans la même situation".

La directrice n'a pas pu respecter les deux mois de préavis

Début septembre, la quinzaine de parents a reçu une lettre recommandée qui annonçait la fermeture de la crèche pour des raisons financières et de personnel. Dans le règlement d'ordre intérieur, une période de préavis de deux mois est prévue et annoncée dans ce courrier. Mais la maison d'accueil commence à avoir des problèmes d'organisation. "Parfois nous n'étions prévenus que la veille à 19 heures 30 que le lendemain la crèche était fermée. D'autres parents se sont retrouvés devant la porte close. Mais quoiqu'il arrive, quelques jours plus tard, nous nous sommes tous retrouvés sans rien du jour au lendemain." Selon les parents, il s'agit d'un manque de gestion d'Anne Steinier, la directrice, par ailleurs candidate aux élections communales sur la liste DéFI.

Noémie Cuypters, la sous-directrice, va dans le même sens. "Quand une puéricultrice était malade, elle n'était pas toujours remplacée." Elle reproche à Anne Steinier une mauvaise gestion du personnel et des salaires. "Elle ne m'a pas payé mes congés payés sous prétexte que je n'y avais pas droit. Elle ne m'a pas rémunéré depuis le mois d'août. C'est une situation scandaleuse."

Les parents vont porter plainte

Anne Steinier ne souhaite pas donner sa version des faits. Elle dit que cela fait partie de sa vie privée et que ça ne regarde personne. Mais les parents ne veulent pas en rester là. Ils se sont rencontrés. Ils comptent porter plainte à la police et à l'ONE. "On a tous une perte financière. Mais on s'est dit que c'était un moindre mal. On voudrait juste que des personnes qui ne soient pas capables de gérer un milieu d'accueil ou du personnel ne soit plus en mesure de s'occuper d'enfants."

Peu de chance qu'Anne Steinier puisse encore ouvrir une maison d'accueil

A l'ONE, on est au courant de la situation. Bernard Geerst est conseiller au département accueil de l'Office de la naissance de l'enfance. "La qualité d'accueil de cette maison d'enfants était globalement bonne. Mais il s'agit plutôt de souci de gestion du personnel qui n'a pas toujours été remplacé en heure et à temps. Si jamais Anne Steinier introduirait une nouvelle demande d'autorisation, compte tenu de sa gestion préalable, notamment en matière de personnel et du plan financier qui serait exigé, il y a très peu de chance qu'elle obtienne cette autorisation."

Hélène Jacobs va continuer à se battre pour qu'un filet de sécurité soit mis en place et que d'autres parents ne se retrouvent pas dans la même situation.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK