Gembloux: des vaches "hublots" pour améliorer l'environnement

Elles supprennent ou intriguent: les deux vaches "à hublot" ou "à canule" de la faculté Agro Bio Tech de Gembloux font parler d’elles depuis plusieurs jours. Les associations de défense des animaux, comme Animaux en péril, sont choquées par cette expérience menée par les chercheurs de l’institution universitaire. Non respect de l’animal voire maltraitance, opération douloureuse et sans réel intérêt pour la science, face aux critiques les responsables de l’Agro Bio Tech veulent rassurer.

Des objectifs environnementaux

"Je pense que les réactions, qui sont tout à fait légitimes, sont le fait d’une mauvaise connaissance de l’expérience", explique Philippe Lepoivre, doyen de l’Agro Bio Tech de Gembloux. "Grâce à ces canules, nous avons accès au système digestif de la vache et plus particulièrement au rhumen. Nous pouvons alors faire des prélèvements qui permettent d’analyser des micro-organismes qui apparaissent lors de la digestion de l’animal et qu’il est très difficile de conserver longuement en dehors du rhumen", précise le professeur Yves Beckers.

Les objectifs de ces analyses de micro-organismes sont multiples. Ces vaches, en ruminant, expulsent du méthane, un gaz à effet de serre. Le but des prélèvements est d’essayer d’adapter les stratégies alimentaires des ruminants pour diminuer ces émissions de gaz à effet de serre. Un autre but de cette expérimentation entamée en 2008 est de voir les effets de la consommation de certaines plantes ligneuses plantées en bordure de prairies sur la production de lait et de viande, ainsi que sur la qualité de ces produits.

Une opération indolore

Pour procéder aux prélèvements, les chercheurs ont donc installé une sorte de fenêtre sur le flanc de deux vaches. Une opération efficace et sans douleur selon les scientifiques. Une canule qui ne gêne en rien l’animal dans sa vie de tous les jours : "On peut le voir quand on touche à cette canule, la vache ne bouge pas et ne manifeste aucun signe d’inconfort. D’ailleurs l’une de nos deux vaches à même donner naissance à un veau sans problèmes", explique encore Yves Beckers.

Afin de répondre aux critiques des passants et des organisations de défense des animaux, l’Agro Bio Tech aimerait organiser une séance d’information et d’échange avec ceux-ci dans le courant du mois de décembre.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK